Un jeune béninois de 36 ans découvre 28 théorèmes mathématiques

0

Dénommés théorèmes de Djehouty, ces 28 théorèmes montrent des formules de multiplication entre un multiplicande et un multiplicateur entier naturel ou nombre à virgule et des formules de division (décomposition). Dodji Mahouignito Djehouty Olou est né en France.

Avant de découvrir ces 28 théorèmes, le jeune ‘Ihamessou’ (le premier grand mathématicien de l’histoire humaine), avait déjà été auteur de 2 découvertes de formules mathématiques de décomposition et de division nommées Olou 1 et Olou 2.

Écrivain très prolifique, M. Olou émerveille les internautes depuis des mois sur sa page Facebook où il fait des essais (21) de propulsion de missiles, fusées ou drones qu’il a lui-même fabriqués. Le dernier missile en date est Hévioso 3. Il assure démystifier ces armes militaires et montre ainsi que l’Afrique n’en est pas incapable. Le seul problème, selon lui, c’est le manque de volonté politique.

Fondateur de l’Institut kémite des sciences Méryt-Ptah Pasachatou, Dodji Mahouignito Djehouty Olou est un Docteur en astro/exobiologie et philosophie. Il a décidé d’apporter sa contribution à la renaissance africaine en cours. 

Dr. Dodji Mahouignito Djehouty Olou parle couramment et écrit dans une dizaine de langues notamment la langue des pharaons d’Égypte antique, le grec ancien, le copte égyptien, le swahili, l’aja et le fon. 

Il est foncièrement contre ceux que, après 60 ans d’indépendance des pays africains, continuent de dire que l’enseignement ne peut pas se faire dans nos langues nationales. Selon lui, il faut aller à une vision du système éducatif avec au centre le paradigme africain. Deux de ses livres panafricains notamment ont été sélectionnés au Bénin et font actuellement partie du programme scolaire.

Au début de la guerre russo-ukrainienne avec son corollaire de pénurie de blé et le renchérissement des prix de ce produit, il s’est investi dans les problèmes d’alimentation pour montrer qu’on peut faire du pain avec pleins d’ingrédients produits en Afrique. 

La rédaction

Laisser un commentaire