A la une, Actualite Scientifique, LES BREVES, SOCIETE

Système LMD au Mali: Un pari gagné par la Faculté des Sciences et Techniques

Le système d’enseignement Licence-Master-Doctorat (Système LMD) a été étendu, en 2015, à toutes les universités du Mali. Cela, après huit années d’expérimentation à l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako. Jadis, choisie comme établissement pilote, la Faculté des Sciences et Techniques (FST) est aujourd’hui, la « seule» faculté à «finir l’année» académique en 12 mois.

«En 2007, le LMD a commencé avec la phase expérimentale à la FST», explique Pr Fana Tangara. En ce temps, les notes de toutes les matières enseignées étaient regroupées pour calculer la moyenne générale. Ayant remarqué que ce procédé ne concordait pas avec celui du LMD, une nouvelle phase a été adoptée. C’est ainsi qu’en 2009 le système intégral a été instauré a la FST. Ce système consiste à diviser l’année en deux semestres et regrouper les matières en unité d’enseignement. 25 semaines validaient l’année de l’ancien système, explique le prof. Avec le LMD, ajoute-t-il, il faut 12 semaines par semestre donc 24 semaines valident l’année pour les 1ères et 2e années. Pour obtenir la licence, il faut valider 6 semestres, 4 semestres pour le master et 6 semestres pour le doctorat.

Chaque année, la FST ouvre son inscription avant toutes les autres facultés. «Environ 1 200 bacheliers se sont inscrits en 2018 », explique Ambièlè Bernard Sodio, Vice-Doyen de la FST. «Depuis l’année académique 2014-2015, chaque année la FST valide 2 semestres dans l’année et c’est l’une des facultés à avoir une année universitaire normale », se réjouit le prof Tangara. Le secret de cette réussite est dû à la «cohésion au niveau de la faculté, la transparence et la solidarité», ajoute-t-il.

Le système LMD, reconnaît l’étudiante Kany Diabaté, marche bien à la FST. Entrée dans cette faculté en 2019, elle est en licence Chimie, cette année et n’eut été les perturbations au cours de l’année universitaire, elle aurait déjà son diplôme. Ce qui fait dire à l’étudiante que «l’ennemi du système LMD se sont les grèves». Normalement, explique Oumar Tamboura, un autre étudiant, nous rentrons en octobre et au mois de Mai/Juin, les deux semestres sont bouclés. «Cette année, à cause des grèves, les sessions de rattrapage ont lieu dans ce mois d’octobre», conclut Tamboura.

Koundé Cissé | JSTM.ORG

Laisser un commentaire