A la une, Actualite Scientifique, LES BREVES

Symposium scientifique au Mali : le premier ministre donne le top départ des réflexions

La cérémonie de lancement de la douzième conférence nationale des sciences organisée par la société malienne des sciences appliquées a eu lieu ce dimanche premier août 2021, à l’université de Kabala, à Bamako. Quatre ministres étaient présents y compris Choguel Kokalla Maïga, premier ministre du Mali.

Comment développer le Mali en particulier et l’Afrique en général malgré l’impact de la COVID-19 ? Voici la question à laquelle veulent répondre les scientifiques du Mali et de la diaspora. Selon Mohamed Lamine Doumbia, président de la société malienne des sciences appliquées (MSAS), « des scientifiques de quatorze pays du monde ont effectué le déplacement pour ce symposium» à Bamako pour débattre autour du thème  « COVID-19 : Impacts et défis pour un développement économique et social au Mali et en Afrique.»

« Pour le MSAS 2021, nous avons reçu plus de 80 résumés d’articles ou communication orale sur les sciences appliquées, sciences sociales, informatique, environnement et l’eau, etc. Et ce, malgré les restrictions imposées par la COVID-19 », se réjouit Mohamed Lamine Doumbia. Puis ajoute-t-il, « cette quantité de communication est un signe que le MSAS a marqué les esprits. C’est pourquoi nous voudrions rappeler au premier ministre, notre plaidoirie pour l’institutionnalisation du MSAS, afin que cette association ait le statut d’une association d’utilité publique.»

Le premier ministre n’a pas manqué de rappeler tout de suite la position de son gouvernement face à cette sollicitation.

« Le gouvernement considère la recherche comme un maillon essentiel de la réflexion sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés, aussi bien qu’à la recherche de solutions efficaces et durables. Nous allons continuer à encourager tous les efforts qui renforcent la collaboration et la prise d’initiatives pour le bien commun » a rassuré Kokalla Maïga avant d’annoncer l’ouverture du symposium.

« Je suis aussi un scientifique, un docteur en télécommunication. Je suis donc heureux d’être là », se déride le chef du gouvernement malien avant d’affirmer que « l’institutionnalisation du MSAS tant souhaitée aura le soutien du gouvernement qui a tout intérêt à voir le MSAS acquérir une base de fonctionnement solide tout en gardant son indépendance. » Car, précise le premier ministre, « la survie du MSAS est un enjeu majeur pour notre pays et son gouvernement. »

Cette cérémonie d’ouverture du MSAS 2021 a été aussi l’occasion pour Pr Amadou Keita, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de réitérer le soutien de son département à la Société Malienne des Sciences Appliquées pour qu’elle puisse reposer sur une base institutionnelle solide.

La rédaction

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire