A la une, Biographie, LES BREVES, NOS SCIENTIFIQUES

Sadio Yena, le chirurgien qui répare les cœurs au Mali

Sadio Yena est le premier chirurgien thoracique et cardio-vasculaire agrégé du Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur (CAMES) au Mali. Il est actuellement le Chef de service de chirurgie thoracique à l’Hôpital du Mali. Là, il dirige le plus grand service de traitement des pathologies chirurgicales de la paroi thoracique, du sein, des poumons, du médiastin et des vaisseaux. Portrait…

Né le 07 février 1965 à Bamako, le jeune Sadio obtient son baccalauréat, en 1983, au lycée régional de Ségou (Lycée Cabral), en Sciences Biologiques. Elève brillant, il décroche, une bourse française en agronomie. Passionné de médecine, il demande plutôt une bourse dans ce domaine. Sans succès. Alors, Sadio Yena abandonne la bourse française et entre à l’Ecole de Médecine et Pharmacie du Mali (ENMP). Il sort de cette école, en 1989, avec un Doctorat d’Etat en Médecine Générale. Après quatre autres années d’étude, il obtient son Certificat d’Etudes Spécialisés en Chirurgie Générale et sort Major de sa promotion. C’est le début de longues études de spécialisation qui le conduisent en France notamment à Marseille où, il obtient une Attestation de Formation Spécialisée en Chirurgie Thoracique et Cardio-vasculaire.

L’année 2006 marque un tournant dans la pratique de la Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire au Mali. Cette année-là, Sadio Yena devient agrégé du concours organisé au Mali par le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES). Il sort major en chirurgie thoracique, à l’issue du concours organisé ici même au Mali. Il reprend véritablement les choses en main et multiplie les initiatives de développement de la discipline. «C’est à partir de 2006 que j’ai commencé à avoir une vraie autonomie», affirme-t-il.

La médecine… une affaire de famille

Sadio et la médecine, c’est une histoire de famille. Au côté de son grand-père tradithérapeute, le jeune garçon s’est épris de la science de la guérison. Pour satisfaire sa curiosité, se souvient-il, il n’hésitait pas à effectuer des ‘’opérations-test’’ sur  des lézards, des margouillats et autres crapauds qui avaient la malchance de rencontrer son chemin. Le chirurgien en herbe devenu grand, surtout avec l’agrégation du CAMES en poche, Pr Yena se voir offrir deux options: devenir chirurgien général ou chirurgien thoracique.

La chirurgie viscérale étant déjà bien pratiquée, il ouvre sa propre voie et devient chirurgien thoracique cardio-vasculaire avec l’appui de ses maîtres: Pr Abdel Karim Koumaré et Pr Sambou Soumaré. La discipline se démarque et s’affirme. «Plus besoin d’évacuer vers l’extérieur pour une intervention sur la fistule artério-veineuse», indique le chef du service de chirurgie thoracique de l’hôpital du Mali. Et d’ajouter, non sans fierté: «Des patients étrangers viennent se faire opérer dans notre pays».

«… un cœur a été médicalement arrêté, ouvert, réparé de ses lésions internes, refermé et redémarré avec un succès de 100%» | Pr Sadio Yena

La chirurgie thoracique cardio-vasculaire est un «carrefour de la pratique médico-chirurgicale ». Elle contribue au diagnostic et au traitement d’innombrables problèmes majeurs de santé publique: l’hémodialyse chronique, les cancers, les complications de la tuberculose pulmonaire, les séquelles des brûlures caustiques de l’œsophage, les complications vasculaires du diabète, les conséquences cardiovasculaires et respiratoires du tabac et de l’alcool, les traumatismes…

De nos jours, affirme Pr Yena, tous les pans de la discipline se pratiquent au Mali : Thorax, vaisseaux et Cœur. «C’est dans notre service à l’hôpital du Mali que pour la première fois dans l’histoire un cœur a été médicalement arrêté, ouvert, réparé de ses lésions internes, refermé et redémarré avec un succès de 100%», a indiqué le Pr Yena. A ce jour, explique le spécialiste,  six malades du cœur ont été opérés, tous se portent bien.

Professeur titulaire de Chirurgie Thoracique, Chef du Département d’Etudes et de Recherches (DER) de la chirurgie et Spécialités à la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie de Bamako, président du Conseil Régional du District de l’Ordre des Médecins du District de Bamako (CROM-D), le Pr Yena a reçu plusieurs distinctions notamment un Diplôme d’Honneur pour la Bonne Pratique Médicale au Mali, délivré par le Conseil National de l’Ordre des Médecins du Mali (CNOM) en 2014; un Diplôme d’honneur de la Société Burkinabé de Chirurgie, en 2017, pour avoir diffusé la pose des cathéters centraux qui ont facilités la prise en charge des cancers du sein au Burkina Faso.

Marié et père de 03 enfants, Pr Yena est aussi, à ses heures perdues, un écrivain. Il a à son actif un livre intitulé: «Une main, une philosophie, un combat: une critique de mon métier». Le Chercheur est aussi auteur d’une centaine de publications scientifiques. Son prochain combat, dit-il, est de développer la discipline dans toutes les capitales régionales au Mali.


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Mariam Aldiou | JSTM.ORG

Laisser un commentaire