A la une, Biographie, LES BREVES, NOS SCIENTIFIQUES

Qui est Ousmane Koïta: Cet autre visage de la lutte contre la maladie à virus Ebola au Mali

Professeur Titulaire de Biologie moléculaire à l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies (USTTB), le Pr Ousmane Koïta s’est révélé au grand public lors de la lutte contre la maladie à virus Ebola. En sa qualité de Chargé de la plate-forme de détection de la maladie à Virus Ebola au Mali, il a, avec son équipe du Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée (LMBA), joué un rôle prépondérant dans la lutte contre cette épidémie. Portrait…

«Discret et efficace». Pour un de ses collaborateurs, le Pr Ousmane Koïta se résume à ces deux mots. Son ambition: faire du Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée, un centre de convergence pour les experts en biologie. Ce laboratoire, de niveau 3, qu’il a lui-même fondé, il y a presque 20 ans a fait ses preuves dans la recherche contre le paludisme et plusieurs autres pathologies. Agé de 65 ans, Pr Koïta n’a pas connu un parcours toujours facile.

C’est au Lycée Askia Mohamed de Bamako que le jeune Ousmane obtient, en 1982, son bac en Sciences Exactes. Il entre alors à l’Ecole de Médecine et de Pharmacie où, il sort, six ans plus tard, avec un diplôme en Pharmacie. En fin de cycle dans cette école, Ousmane Koïta fait la connaissance du Pr Ogobara Doumbo, et devient l’un de ses premiers étudiants. «Le Professeur Ogo m’a demandé de faire une petite dissertation sur l’impact des barrages sur les maladies tropicales», se souvient. Fier du résultat, le Pr Ogobara lui propose ensuite d’aller dans le parc de Baoulé pour des recherches. Ainsi s’est tissée une amitié basée sur la collaboration scientifique.

-lire aussi – Mali : Pr Ousmane Koïta fait une nouvelle découverte scientifique

Alors Assistant de recherche au Département d’Epidémiologie des Affections Parasitaires (DEAP) à l’Ecole de Médecine et de Pharmacie, Ousmane Koïta obtient une bourse de l’OMS  et entre à Tulane University, aux Etats Unis, pour y préparer une thèse de PhD en Parasitologie (Biologie moléculaire). De retour au pays, en 2000, Dr Ousmane Diallo décide de voler de ses propres ailes. C’est la naissance du LMBA.

«J’ai commencé seul sur  une table de menuisier», se souvient-il. «Grâce à la collaboration des Américains, j’ai obtenu des équipements pour un laboratoire digne de ce nom», se réjouit le chercheur. Il y a de quoi à se réjouir, quand on sait que depuis sa création, le LMBA a permis à 68 étudiants à l’Université de Bamako, de l’ISFRA (Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée) et de Tulane University d’obtenir leurs diplômes.

-lire aussi – INSP: Pr Ousmane Koïta nommé à la tête du Comité Scientifique et Technique

Boursier, en 1993, de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) pour les aspects moléculaires de la résistance des souches de P. falciparum à la chloroquine, Ousmane Koïta a fait la connaissance du Prof Donald J. Krogstad, directeur de labo à Tulane School of Public Health and Tropical Medicine. De cette collaboration, Dr Koïta force l’admiration du Pr Krogstad, lorsqu’il fait remarquer à ce dernier qu’un parasite leur avait échappé au cours du test sur le paludisme. Dubitatif, le Prof Krogstad finit par se rendre à l’évidence lorsque 4 ans plus tard, des chercheurs font la même remarque en Amazonie. Le Pr Donald J. Krogstad  publie, en 2012, l’article sur cette recherche, qui devient rapidement l’un des articles scientifiques les plus lus au monde.

Ancien Directeur adjoint du Programme de recherche sur le SIDA et la tuberculose (PROJET SEREFO, NIAID/FMPOS), Ousmane Koïta est aussi encadreur et directeur des thèses de médecine et de Pharmacie. En 2015, il devient le coordinateur régional du Réseau de Laboratoire  de détection des OGM pour l’Afrique de l’Ouest avec la commission de l’union Européenne. Un an plus tard, il est fait Membre de la commission scientifique sectorielle de Médecine et de Biologies de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, France) et acquiert la même année le titre de Porteur de la Jeune Equipe Associée à l’Institut de Recherche pour le Développement (JEAI).

Au début de la pandémie de COVID-19, Ousmane Koïta est nommé membre du comité scientifique interdisciplinaire et partenarial COVID-19 à l’IRD de conseiller la gouvernance de l’Institut de Recherche pour le Développement sur les décisions à prendre en relation avec la pandémie, et de favoriser la coordination des actions scientifiques de l’Institut face à l’urgence sanitaire actuelle. « La nomination d’Ousmane Koïta dans ce comité scientifique interdisciplinaire est une fierté. Car il pourra faire remonter les préoccupations de l’Afrique de l’ouest et celles du Mali en particulier », se réjouit Laurent Vidal, Représentant de l’IRD au Mali.

La riposte EBOLA

En 2014, la Guinée, pays voisin du Mali, est frappée par l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Les services de santé au Mali sont en alerte maximale. Au mois d’octobre, un cas suspect est signalé au Mali. La fillette de deux ans, en provenance de la Guinée, est hospitalisée à Kayes le 21 octobre. Les tests effectués par le Pr Ousmane Koïta sont clairs: les résultats de labo sont positifs. La fillette décède le 24 octobre. L’OMS publie: «Mali: un cas de maladie à virus Ebola importé de Guinée».

Aussitôt, une cellule de crise est mise en place, par les autorités maliennes et l’OMS, pour organiser une riposte coordonnée avec une surveillance et une recherche des contacts, la prise en charge des cas, les mesures de sécurité pour les enterrements, une mobilisation sociale et des mesures logistiques. 108 contacts du patient symptomatique ont été identifiés, 25 ont été suivis pendant 21 jours avant que leur surveillance ne soit levée. En sa qualité de Chargé de la plate-forme de détection de la maladie à Virus Ebola au Mali, le Pr Koïta était au premier plan de la lutte contre la maladie à virus Ebola.

Chargé d’enseignement de l’application de la biotechnologie dans la santé au Cours Interdisciplinaire en Biosécurité pour l’Afrique Francophone (CIBAF), depuis 12 ans, le Professeur Ousmane Koïta est marié et père de deux enfants. Il est auteur d’une soixantaine de publications scientifiques. En 2019, par Décision n°2019 – 002861 du ministre de la Santé et des Affaires sociales, il est nommé à la tête du Comité Scientifique et Technique de l’Institut national en santé public (INSP). Ousmane Koïta est co-auteur de plusieurs dizaines d’études publiées dans des revues scientifiques de renom. On peut citer: «A Pathovar of Xanthomonas oryzae Infecting Wild Grasses Provides Insight Into The Evolution of Pathogenicity in Rice Agroecosystems», «Capacity building for genetically modified organism (GMO ) detection in West Africa : Identify in  a circulating GMO maize variety in Mali».


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire