A la une, Agriculture, LES BREVES, Santé, SANTE | MÉDECINE

Purification de l’eau avec la graine de Moringa: Faut-il des graines décortiquées ou non décortiquées ?

Deux chercheurs du Département de Chimie Analytique, Bromatologie, Chimie Générale et Minérale de l’Université Félix Houphouët Boigny et du Service Contrôle des Aliments du Laboratoire National de la Santé Publique de Côte d’Ivoire ont mené une étude sur la poudre des graines de moringa oleifera. Leur étude a porté sur les caractéristiques physico-chimiques de deux types de poudres issues de graines de M. oleifera.

Les graines de Moringa oleifera, en poudre et mélangées à de l’eau, libèrent des protéines de charges positives qui attirent les charges négatives des polluants biologiques tels que virus ou bactéries. Ce précédé permet l’épuration des eaux usées. En Côte d’Ivoire, les chercheurs Mariette Desirée Yehe et Gildas Komenan Gbassi ont récemment publié un article intitulé «Étude physico-chimique d’un coagulant naturel: la poudre de graines de Moringa oleifera», dans la Revue Ivoirienne des Sciences et Technologie.

Des tests assez poussés…

Pour la réalisation de l’étude, les chercheurs ont choisi deux échantillons de poudre de graines de moringa. Il s’agit de la poudre des graines décortiquées (GD) et la poudre des graines non décortiquées (GND). Les teneurs en eau ont été déterminées à l’étuve à une température de 130°C pendant 24h. Les teneurs en cendres ont été déterminées au four électrique à température réglable allant de 40 °C à 550°C de façon progressive pendant 24 h. Les teneurs en matières grasses ont été déterminées par la méthode de Soxhlet.

Les teneurs en protéines des échantillons de poudre GD et GND ont été déterminées par la méthode de Kjeldahl. Le profil minéral des échantillons a été obtenu par serum amyloid A (SAA). Les analyses infra rouges des poudres ont été réalisées avec un spectromètre FT-IR et l’acquisition des spectres s’est faite par accumulation de 64 scans. La microscopie électronique à balayage des poudres a été effectuée au grossissement (x 500) et au voltage de 30 Kv.

Des résultats édifiants

Après une analyse physico-chimique d’étape par étape, les chercheurs ont démontré qu’il n’y avait pas une très grande différence entre les deux types de poudre étudiée. Mais toutefois les deux types de graines constituent une source de protéine. Les graines contiennent également un polypeptide basique capable de neutraliser les colloïdes des eaux troublées.

Néanmoins une différence est constatée entre les deux graines. Cette différence serait que la morphologie poreuse est plus caractérisée avec la poudre GD. Cette structure faciliterait le processus d’adsorption d’ions.

Partant de cette hypothèse sur les caractéristiques physico-chimiques, les chercheurs ont conclu que les poudres de graines de Moringa Oleifera, en particulier celles des graines décortiquées (GD) auraient un profil morphologique adéquat pour retenir les polluants minéraux aqueux.


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire


Mariama Diallo | JSTM.ORG

Laisser un commentaire