A la une, Santé

Programme Aphro-COV: «Le dispositif n’a aucun lien avec le vaccin BCG, ni aucun autre vaccin en Afrique»

L’Agence Française de Développement (AFD) et l’Institut français de la santé et de la recherche médicale (INSERM) ont initié, dans cinq pays d’Afrique francophone, un programme destiné à «améliorer la prise en charge des cas suspects de Covid-19 ». Mais le programme suscite plusieurs inquiétudes liées à l’utilisation d’africains comme des ‘’cobayes de labo’’.

«Ça ne présage rien de bon tout ça. Le ton a déjà été donné sur LCI», avait alerté un internaute malien reprenant un tweet de l’Inserm sur le lancement de programme Aphro-Cov. «Tout d’abord, le dispositif financé par l’AFD n’a aucun lien avec le projet évoqué par sur la chaîne LCI», tranche Anne Barthélemy, responsable de la Communication à l’AFD. Donnant plus de précision au mail de notre rédaction, Anne Barthélemy ajoute: «Ce financement ne servira aucunement à une quelconque étude sur le vaccin BCG, ni aucun autre vaccin, qui pourrait être faite en Afrique».

Revenant sur les termes du communiqué de lancement du programme, la responsable de la communication explique que le monde traverse une crise sanitaire sans précédent où seuls des systèmes de santé suffisamment robustes sont en capacité d’organiser une riposte au Covid-19. «Dans ce contexte, la coopération sanitaire internationale doit être fortement renforcée avec les pays les moins bien armés», justifie-t-elleUn programme de «protection mutuelle» qui, selon Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, vise à déployer un dispositif conjoint de surveillance, de détection et de prise en charge des cas d’infection au coronavirus.

De quoi s’agit-il réellement ?

Le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Mali et le Sénégal sont les pays d’Afrique francophones concernés par Aphro-Cov. Le programme de 1,5 million d’euros est piloté par REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases), un consortium multidisciplinaire rassemblant des équipes et laboratoires d’excellence. Concrètement, le programme permettra de fournir des équipements et des formations pour le diagnostic Covid 19 dans les pays concernés.

Pour constater de visu les activités indiquées par les services de communication de l’AFD et de l’INSERM nous avons demandé à être mis en relation avec le responsable du programme au Mali. «Plus précisément sur le Mali, malheureusement, nous n’avons pas encore d’informations plus précises à communiquer sur le déploiement du programme Aphro-Cov», indique Anne Barthélemy. Le programme est en construction, assure-t-elle, en promettant de nous informer de l’évolution future.

Mamadou TOGOLA

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire