A la une, Biographie, LES BREVES, NOS SCIENTIFIQUES

Pr Boubacar Traoré: Un spécialiste en parasitologie-mycologie à la tête de la Faculté de Pharmacie

Professeur Titulaire de Parasitologie Médicale, Boubacar Traoré est, depuis huit années, Doyen de la Faculté de la Pharmacie de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (USTTB). Une longévité administrative qui fait de lui, le plus ancien des Doyens et Recteurs encore en fonction dans l’administration universitaire au Mali. Portrait d’un chercheur qui a plusieurs cordes à son arc.

Boubacar Traoré a dédié sa vie professionnelle à la lutte contre le paludisme notamment le paludisme chez la femme enceinte. Pourquoi le paludisme est plus grave chez la femme que chez l’homme? Pourquoi la femme enceinte est plus sensible au paludisme qu’une femme non enceinte? Qu’est ce qui provoque le coma chez un malade atteint du paludisme à Plasmodium falciparum? Qu’est qui provoque la mort?

Le parcours de Boubacar Traoré est indissociable de ces questions. «J’ai travaillé sur des modèles expérimentaux pour mieux comprendre la séquestration du paludisme dans les organes nobles : poumon, cerveau, placenta», raconte le chercheur. A l’allure d’un cours magistral, il explique: «Dans la physiopathologie du paludisme grave, les globules rouges qui sont parasités par Plasmodium falciparum vont se déformer et boucher les micro-vaisseaux et le sang ne circule plus. Il n’y aura plus d’oxygène et ceci va entrainer le coma lorsque cette obstruction se passe au niveau du cerveau, du poumon ou du cœur».

Un boursier d’excellence

Né à Ségou, le 1er mars 1964, Boubacar Traoré a eu le Bac au lycée public de Sikasso en juin 1983. Entrée à l’Ecole Nationale de Médecine et de Pharmacie du Mali, il y ressort, en 1989, avec un Doctorat d’Etat en pharmacie. «Depuis là, j’avais un goût prononcé pour la biologie médicale et la recherche me tentait», se souvient-il. Grâce à une bourse d’étude, Boubacar Traoré s’envole pour Paris. A l’Université René Descartes, il obtient, en septembre 1994, le Diplôme Interuniversitaire de Spécialisation de Biologie Médicale (DIS). Engagé par l’équipe du Pr Marc Gentilini à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Boubacar poursuit ses études, et obtient un DEA en Santé Publique à l’Université Pierre et Marie Curie, afin de présenter sa thèse en Parasitologie-Mycologie,  le 17 décembre 1999,  sous la direction du Pr Martin Danis.

«Ce sont les bourses d’étude qui m’ont permis d’être là où je suis», relève, avec gratitude, le Pr Boubacar Traoré. D’abord boursier d’excellence de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), Boubacar obtient une bourse FAC (Fonds d’aide et de Coopération) pour ses recherches postdoctorales. C’est au Laboratoire de Parasitologie Expérimentale de la Timone, à l’Université Aix-Marseille II que Boubacar poursuit ses travaux entamés en thèse. Sa rencontre avec le Pr Ogobara Doumbo à Paris se consolidera pendant le séjour marseillais. «Nos travaux nous ont permis de comprendre pourquoi une femme primigeste est plus sensible que les autres femmes enceintes au paludisme», dit-il.

De Marseille, sur recommandation du Pr Ogobara, Boubacar Traoré quitte la France après plus de 10 ans d’exil. «Nous avons fait la transition sur le Mali et les modèles expérimentaux ont été appliquées au Mali», indique-t-il. Admis au concours de la Fonction publique en 2003, le chercheur intègre le Malaria Research and Training Center (MRTC), où Ogobara Doumbo crée et lui confie l’Unité de recherche sur le palu chez la femme enceinte. «Je suis rentré pour prêter main forte à l’équipe du MRTC parce que le maillon sur la compréhension du palu chez la femme enceinte manquait à ce groupe», explique Boubacar Traoré, avec la voix grave qui l’incarne. Au MRTC, l’équipe travaille et met au point une stratégie de prévention du palu chez la femme enceinte. Une stratégie, aujourd’hui, adoptée par l’OMS appelée le Traitement préventif intermittent chez  la femme enceinte.

«Je suis quand même le plus ancien universitaire dans l’administration universitaire au Mali» | Pr Traoré

Devenu Maître de Conférences en Parasitologie-Mycologie, en mars 2010, Boubacar Traoré accepte d’être, quelques mois plus tard, le colistier du Pr Anatole Tounkara pour le poste du Doyen de la Faculté de Médecine de Pharmacie et d’Odontostomatologie (FMPOS). Pari gagnant. L’élection du Pr Tounkara, voit le Parasito-Mycologue propulser au poste de Vice Doyen (1er Assesseur) de cette faculté.

La scission de l’Université de Bamako entrainera la création de la Faculté de Pharmacie (FAPH). C’est tout naturellement qu’en février 2012, le vice-Doyen Traoré est appelé à assurer la fonction du Doyen par intérim de la Faculté de Pharmacie. En juillet 2014, ses collègues placent, en lui, leur confiance pour diriger la nouvelle Faculté. Cette confiance a été renouvelée, en 2018, pour un second et dernier mandat. «Je suis quand même le plus ancien universitaire dans l’administration universitaire au Mali», rigole le Pr Traoré. Et d’ajouter: «je dois rendre mes armes en 2023».

Doyen de la Pharmacie, le Pr Traoré est aussi le Directeur scientifique du Laboratoire d’Immunologie (LIG) du Malaria Research and Training Center. Aussi, le parasitologue est, depuis 2011, le Directeur du Laboratoire d’Analyse Biomédicale accrédité par le Collège Américain des Pathologistes (CAP Lab) pour les essais cliniques de vaccin et de médicaments au Mali.  «Ce n’est pas compliqué d’être accrédité mais c’est de le maintenir qui est difficile». Pour le maintien de son accréditation, le CAP LAb reçoit, chaque regulièrement des échantillons à analyser de CAP. En cas de non-conformité des résultats en dessous de 80%, l’accréditation est perdue. L’accréditation doit être renouvelée tous les deux ans.

Marié et père de 03 enfants, Pr Boubacar Traoré est: Vice-Président de la Société Malienne de Parasitologie et de Mycologie, Membre de la Société Ouest Africaine de Parasitologie (SOAP) et Membre de la Société Américaine de Médecine Tropicale et d’Hygiène (ASTMH). Le chercheur est co-auteur d’une centaine de publication scientifique.


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Mamadou TOGOLA | JSTM.ORG

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

1 Comment

  1. Oui c’est un excellent spécialiste du laboratoire et un fin connaisseur de son domaine.
    J’ai eu la chance d’être à son école dans la culture des cellules épithéliales, l’extraction et conservation des leucocytes du sang total. J’ai pu réconforté mes compétences dans la confection et la lecture des lames sur le sang du placenta afin de déterminer les parasitemies chez les femmes enceintes. Nous avons travaillé avec plaisir sur les essais AMA1 du vaccin testé au Mali.
    Ce fut vraiment une bien belle école pour moi biologiste pur et dur dans le domaine de la parsitologie et la mycologie.
    Bonne soirée !

    Dr BA Mamadou PhD

Laisser un commentaire