A la une, ENVIRONNEMENT, LES BREVES, Pêche

Poisson fumé au Mali: Une étude trouve du mercure dans 100% des échantillons analysés

La pêche est la troisième source de revenue de la population malienne après l’agriculture et l’élevage. De ce fait, des chercheurs ont mené une étude pour contribuer à l’amélioration de la qualité sanitaire des poissons pêchés et fumés au Mali. L’étude a été publiée dans le Vol. 31 N°3 (2016) de la Revue Mali médical.

Intitulée « Étude de deux métaux lourds dans le poisson de fleuve au Mali», l’étude a permis de prélever des échantillons de poissons frais et fumés pour les analyser auprès des transformateurs de poissons frais en poissons fumés. Les échantillons ont été prélevés sur les principaux sites de transformation de poissons, notamment à: Manantali, Sélingué, Bamako, Koulikoro, Ségou et Mopti.

Au total, 80 pêcheurs-transformateurs ont été soumis à un questionnaire. Les paramètres étudiés ont porté sur la recherche qualitative et quantitative du mercure et du plomb. Aux dires des chercheurs, la présence de mercure constatée dans le poison frais était de  53,75%  tandis que 71,25% des poissons frais contenaient du plomb.  En ce qui concerne les poissons fumés, les 40 premiers échantillons envoyés au laboratoire contenaient tous de mercure. Et sur les 80 échantillons de poissons fumés 76 contenaient du plomb soit 95%.

«Les 40 échantillons non dosés sont ceux des régions de Sikasso et de Mopti. Si à Sikasso l’orpaillage non contrôlé existe un peu partout tel n’était pas le cas de la région de Mopti. On peut supposer que si les 80 échantillons avaient bénéficié du dosage du mercure, on n’aurait pas eu les 100 %», explique Dr Youssouf Konaté un des chercheurs.

Lire aussi: Forte mortalité des poissons: Le Ministère de la Pêche évoque «le manque d’oxygène dû à la forte turbidité de l’eau »

En dessous du seuil de toxicité

Le mercure et le plomb sont des métaux lourds présents dans notre environnement et dont la nocivité sur les êtres vivants n’est plus à démontrer. A l’issue leur étude, les chercheurs ont trouvé des résultats «significatifs». Pour le poisson frais: 53,75% des échantillons contenaient du mercure avec une valeur moyenne de 0,047 mg/kg MB (MB= Matière Brute) et une maximale de 0,270 mg/kg MB pour une norme européenne de 0,500 mg/kg MB. 71,25 % des poissons frais contenaient du plomb avec une valeur moyenne de 0,020 mg/kg MB et une maximale de 8,570 mg/kg MB pour une norme européenne de 0,300 mg/kg MB.

Pour le poisson fumé: tous les échantillons contenaient du mercure avec valeur minimale de 0,010 mg/kg MB, une moyenne de 0,200 mg/kg MB et une maximale de 1,260 mg/kg MB et 95% contenaient du plomb avec une valeur minimale de 0,020 mg/kg MB, une moyenne de 0,270 mg/kg MB et une maximale de 3,460 mg/kg MB.

Le mercure dans le poisson n’est pas une spécificité malienne» | Dr Youssouf Konaté

Au cours de leur étude, les chercheurs ont constaté que le poisson fumé au bois contenait légèrement plus de plomb que celui fumé à la bouse de vache. Soit 0,285 mg/kg MB contre 0,248 mg/kg MB. Aussi, il ressort que les valeurs moyennes des deux métaux lourds dans le poisson étaient inférieures à la norme européenne. Cependant, prévient Dr Youssouf Konaté: «Le mercure dans le poisson n’est pas une spécificité malienne». Même si, explique-t-il, l’orpaillage traditionnel peut entrainer des doses pas souhaitables pour l’homme. Néanmoins, indique le chercheur, des études supplémentaires sont nécessaires pour expliquer cette présence des deux métaux dans les poissons. Ainsi, assure le Dr Konaté, on peut émettre des hypothèses sur: les espèces de poissons choisis pour le fumage; les emballages de récupération, les lieux d’entreposage utilisés du poisson fumé peuvent; la  déshydration suite au fumage qui peut concentrer le mercure au Kilogramme de Matière Brute.

Mariama Diallo| JSTM.ORG

1 Comment

  1. Je suis outré par cet article. Vous savez très bien que la plupart des lecteurs s’arrêtent au titre. Autant le titre de l’article discrédite la pêche malienne, autant le contenu la réhabilite car il est bien écrit que la teneur de ces métaux lourds nuisibles a la santé humaine est très inférieure au seuil de nocivité. De grâce, ayez l’amabilité de corriger votre titre.
    Je vous remercie.

Laisser un commentaire