A la une, Actualite Scientifique, Bien-être, LES BREVES, SANTE | MÉDECINE

Période de l’harmattan: Au Mali, 80% des maladies ORL sont liées aux infections des voies aériennes supérieures

En cette période de froid, les services des maladies respiratoires reçoivent beaucoup de patients. Au service Oto-Rhino-Laryngologie (ORL) du Chu Gabriel Touré, l’équipe du Professeur Mohamed Keïta ne chôme pas. La majeure partie de leurs patients sont les enfants et les personnes âgées.

Pourquoi le nombre de malades augmente en cette période d’harmattan? Selon le Professeur Mohamed Keïta, Chef de service ORL et de chirurgie FASSEKO du Chu Gabriel Touré, le corps a besoin d’une certaine température pour être en bonne santé. «Une température inférieure à 18° et supérieure à 35° crée  des conditions propices à l’éclosion des maladies respiratoires», indique le spécialiste.

Or, en cette période de l’harmattan, explique Pr Mohamed Keita, il se passe que le froid entraîne le disfonctionnement des barrières de défense du corps humain. «Ces barrières sont constituées de beaucoup d’éléments. Mais ces éléments deviennent paresseux en cette période de froid», a indiqué le Chef du service ORL du Chu Gabriel Touré. Ainsi, cette température favorise le développement de virus un peu plus, surtout celui du nez.

Les Infections Respiratoires Aiguës (IRA) sont des maladies de l’appareil respiratoire,  de rhinopharynx, de l’oreille et des poumons. Parmi elles, ce sont surtout, les infections des voies respiratoires supérieures qui sont plus fréquentes en cette période de l’année. «Quand on prend 100 malades au service actuellement, il y a 80 qui peuvent être reliés aux infections des voies aériennes supérieures», informe le Professeur Mohamed Keïta.

Les infections des voies aériennes supérieures rencontrées pendant l’harmattan, sont entre autres: la grippe, l’asthme, la bronchite, la pneumonie… Chez les enfants, explique le professeur Keita, il y a les atteintes du nez qui peuvent descendre jusqu’aux bronches. Cela expose les enfants aux rhinobronchites. «Pour être à l’abri de ces infections, il faut bien manger, s’habiller en tenant compte du climat, protéger les voies respiratoires à l’aide du cache-nez, ne pas se laver dans les toilettes non couvertes», conseille le Pr Keïta.


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Mariama Diallo|JSTM.ORG

Laisser un commentaire