A la une, Biographie, LES BREVES, NOS SCIENTIFIQUES

Mali: Qui est Pr Boubacar Bass le nouveau directeur général du Laboratoire Central Vétérinaire ?

Directeur général du Laboratoire Central Vétérinaire (LCV), Pr  Boubacar Bass est docteur vétérinaire de formation et spécialisé en entomologie. Il est auteur de trois ouvrages et a participé à plusieurs travaux et publications. JSTM vous fait découvrir le parcours du nouveau DG du LCV.

Boubacar Bass a dédié sa carrière professionnelle à la lutte contre les mouches tsé-tsé  et la maladie trypanosomose ou maladie de sommeil chez les animaux. Comment créer des produits (insecticides) accessibles à moindre coût et disponibles pour les éleveurs ? Que  faire pour soulager les éleveurs au Mali? Des questionnements qui ont été la boussole du chercheur.

Appelé aussi « pharmacie du village», en Inde, à cause de ses vertus, le Neem a été l’un des principaux arbres étudiés par Boubacar Bass. «J‘ai poussé mes recherches bibliographiques sur cet arbre, parce qu’au Mali, on a le Neem partout sur le territoire national», indique le chercheur. Et d’ajouter: «J’ai découvert que la graine de  Neem a une substance huileuse». Sur la base de cette découverte, Boubacar Bass a élaboré un protocole de recherche qui a été financé par la Banque mondiale.

-lIre aussi- Rage au Mali: les chiens, principaux vecteurs de la maladie

«Lors de mes tournées, quelque part à Tominian, dans un village, j’ai rencontré une association des femmes qui travaille avec l’huile de Neem. Elles font du savon et le résidu est donné aux animaux pour leur alimentation», relate Pr Bass. Cette association a fourni au chercheur une première quantité d’huile de Neem. Ainsi, en collaboration avec le Département de médecine traditionnelle de l’Institut national de Santé Publique, dirigé par Pr Rokia Sanogo, Boubacar Bass a identifié les différents constituants de l’huile de Neem.

Au Centre International de Recherche-Développement sur l’élevage en zone subhumide, un centre régional à Bobo Dioulasso (Burkina), le chercheur a mis au point son insecticide à base d’huile de Neem contre les mouches tsé-tsé. Après, les expériences sur le terrain, des résultats «concluants» ont été publiés. Toujours dans sa lutte implacable contre les mouches tsé-tsé, Pr Bass a conçu un dispositif de lutte contre les mouches tsé-tsé. Dénommé « Écran Bass », son projet a été parmi les cinq meilleurs projets sélectionnés par l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI).

Du privé au public

Né à Bamako, en mars 1968, le jeune Boubacar est admis à la Faculté préparatoire de Kichinev (EX URSS) en 1988. Six ans plus tard, il obtient son doctorat à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université Agricole d’État de Kichinev. De retour au Mali, Bass travaille à son compte et dévient vétérinaire mandataire à Yanfolila. Désirant se spécialiser davantage, Bass s’envole pour la France. A l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse et l’Université de Toulouse III Paul Sabatier, il obtient, en 2005, un Doctorat en Entomologie Vétérinaire et Médicale.

-lire aussi- Quatre plantes pour éviter les grossesses indésirées au Mali

Revenu, une seconde fois au Mali, Boubacar est embauché au Laboratoire Central Vétérinaire. Deux ans après, il intègre la fonction publique et reste au LCV jusqu’en 2017. Affecté à la Direction Nationale du Service Vétérinaire comme directeur national adjoint en en 2017, Bass occupe ce poste pendant environ 13 mois, avant d’être nommé, en octobre 2018, Conseiller technique au Ministère de l’élevage et de la pêche. Depuis décembre 2019, Pr Bass a été nommé Directeur Général du Laboratoire central vétérinaire.

Une nouvelle mission…

«Pour le LCV, j’ai vraiment de l’ambition. Même quand j’avais quitté le labo, je respirais toujours le labo. C’est comme une maladie, une fois rentré dans ce labo, c’est difficile de sortir.  Même si on t’amène à la présidence de la République, tu veux toujours revenir au laboratoire», rigole le chercheur. Au LCV, le nouveau directeur compte: booster la production en vaccin, moderniser les outils de production et  lancer la construction d’un nouveau bâtiment administratif.


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Mariama Diallo|JSTM.ORG

Laisser un commentaire