A la une, Agriculture, LES BREVES

Mali : l’ICRISAT dévoile ses nouvelles variétés de semences améliorées

L’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) a organisé, le jeudi 4 novembre à Samako, au Mali, une journée portes ouvertes pour faire découvrir ses semences améliorées, aux entreprises semencières et aux organisations paysannes.

« Cette journée portes ouvertes est un événement organisé exceptionnellement à l’intention de nos partenaires clés pour une visite de nos structures et technologies agricoles phares, spécialement les nouvelles variétés et des hybrides de nos cultures que sont l’arachide, le mil et le sorgho », a expliqué à JSTM, Dr Ramadjita Tabo, directeur régional de l’ICRISAT pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

L’exposition a permis aux paysans, compagnies agricoles et chercheurs semenciers de découvrir les performances des nouvelles variétés de cultures améliorées, exposées dans des champs de démonstrations.

Fadda est le nom d’une nouvelle variété de sorgho développée par des chercheurs de l’ICRISAT. Dans le champ de production des semences de Fadda, Mamourou Sidibé, assistant de recherche au programme Sorgho-ICRISAT explique que cette variété de sorgho « peut donner 4 tonnes à l’hectare, contrairement à d’autres variétés locales qui donnent une à deux tonnes maximums. »

« C’est donc l’une des meilleures variétés à vulgariser auprès des paysans » a conseillé Mamourou Sidibé.

En ce qui concerne le mil, Chakti est la variété beaucoup vulgarisée à l’ICRISAT. « Très riche en fer et en zinc, “Chakti” est l’une des premières variétés de mils améliorés », a expliqué Dr Riyazaddin Mohammed, chercheur à l’ICRISAT.

Chakti a une valeur nutritionnelle élevée. « Il est utilisé comme aliment pour lutter contre la malnutrition en micronutriments en Afrique de l’Ouest et du Centre »  ajoute le Dr Riyazaddin Mohammed qui précise qu’il contribue spécifiquement «à lutter contre l’anémie chez les femmes et les enfants ». En termes de rendement, ce mil peut produire entre 1,5 tonnes à l’hectare (t/ha) par rapport à ceux utilisés localement par les paysans qui produisent environ 500kg par hectare.

Le programme de sélection du mil à l’ICRISAT a aussi développé plusieurs hybrides à double usage et variétés à pollinisation libre avec un rendement potentiel en grains de 3 à 4 t/ha et de 8 à 12 t/ha de tiges.

Prévenir et réduire la contamination de l’arachide par les aflatoxines

Le programme de sélection arachide de l’ICRISAT a présenté une gamme de variétés d’arachide à cycle court et intermédiaire, résistantes à la sècheresse, aux maladies foliaires et tolérantes à l’aflatoxine et à haut rendement (2-3 tonnes/ha). En collaboration avec les partenaires nationaux et régionaux, plusieurs variétés d’arachide sont homologuées et inscrites dans le catalogue. Les variétés ICGV 86024, ICGV 86124 et ICGV 86015 (avec un rendement de 2-3 t/ha, une teneur en huile pour 48-50% et en protéines pour 26-30%), développées par l’ICRISAT, font aujourd’hui la satisfaction de bon nombre de producteurs maliens.

Aux dires de Dr Keita Djeneba Konaté, Assistante de recherche au Programme de Sélection Arachide à l’ICRISAT « les aflatoxines constituent aujourd’hui un problème sérieux dans le domaine de l’agroalimentaire. Elles sont un groupe de mycotoxines, secrétées par certaines espèces de moisissures pathogènes, hautement toxiques et dangereuses pour la santé humaine et animale. Les produits agricoles et principalement l’arachide et le maïs sont susceptibles d’être contaminés, avant, pendant ou après la récolte. » Cependant, les bonnes pratiques agricoles sur la gestion des cultures pré et post récolte et l’utilisation de variétés tolérantes, contribuent à réduire considérablement le risque de contamination par l’aflatoxine.

Yacouba Sangaré | JSTM.ORG

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire