A la une, Bien-être, LES BREVES, SANTE | MÉDECINE

Mali : lancement d’un nouveau projet d’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant

L’Institut des sciences humaines (ISH) a abrité, le jeudi 08 octobre, le lancement du programme « CoLab Santé de la mère et de l’enfant » dont l’objectif est de favoriser l’émergence d’un écosystème de collaboration pour la résolution des Objectifs du Développement Durable au Mali.

Porté par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Bondinnov et Make_sense Africa avec le soutien du Ministère européen des affaires étrangères, CoLab est un laboratoire d’innovation favorisant la co-construction de projets multi-acteurs au sein d’une communauté d’acteurs engagés pour répondre aux objectifs du développement durable.

« L’objectif de ce programme, explique Nene Kéita, Coordinatrice de Make_Sense Africa, n’est pas simplement de connecter des structures qui vont travailler de manière ponctuelle. C’est avant tout d’impulser une dynamique de collaboration qui va permettre à des structures variés de répondre de manière beaucoup plus forte, beaucoup plus pertinente à la problématique de la santé de la mère et de l’enfant.»

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « la santé maternelle prend en compte tous les aspects de la santé de la femme, de sa grossesse à l’accouchement, jusqu’au post partum (période entre l’accouchement et le retour des premières menstruations.) » La santé maternelle influençant de ce fait fortement celle de l’enfant, car une mauvaise gestion de la première entraîne des répercussions sur la deuxième.

Une étude publiée dans la Revue malienne de Science et de Technologie, indique que la prévalence de la mortinatalité (ensemble des mort-nés sur l’ensemble des naissances rapportées sur une période donnée) est de 2,3% soit 23 enfants sur 1000 naissances meurent à la naissance au Mali. Il ressort de l’étude que la région de Sikasso a le plus fort taux de mortinatalité, suivie de Gao et Tombouctou.

La question de la santé mère-enfant devient donc une priorité gouvernementale. C’est pourquoi, les pouvoirs publics démontrent aujourd’hui leur engagement au travers des lois et engagements dans des programmes visant à réduire les taux de mortalités et améliorer les conditions de prise en charge. Or, malgré les efforts déployés, les résultats – bien qu’encourageant – ne semblent pas encore optimaux. « Ainsi, il apparaît nécessaire de développer une approche collaborative multi-partenariale, permettant de favoriser des synergies et une meilleure coordination des acteurs afin de résoudre durablement les défis du secteur », soutient Laurent Vidal, Directeur de l’IRD-Mali.

Dans le cadre de son déploiement, le programme Colab santé de la mère et de l’enfant s’appuiera sur 4 piliers fondamentales qui sont : connecter, collaborer, former et accompagner, composé d’acteurs engagés dans ces thématiques, qu’ils soient professionnels de la santé, acteurs de la recherche, leaders de communauté ou encore entrepreneurs du secteur.

JSTM.ORG

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire