Les femmes et filles scientifiques malienne à l’honneur à L’ESIAU

0

« Sur cette minorité scientifique, les filles et les femmes constituent encore, une minorité » Directeur Général de l’ESIAU

D’après l’UNESCO, aujourd’hui, les filles scolarisées sont plus nombreuses que jamais, mais elles ne bénéficient pas toujours des mêmes chances que les garçons en termes d’achèvement des études et de choix de leur éducation. Trop de filles et de femmes sont freinées par des préjugés, des normes et contraintes sociales qui influent sur la qualité de l’éducation qu’elles reçoivent et sur les matières qu’elles étudient. Elles sont particulièrement sous-représentées dans l’enseignement des sciences, technologiques, ingénierie et mathématiques (STEM) et, de ce fait, dans les carrières STEM.

L’École Supérieure d’Ingénierie, d’Architecture et d’Urbanisme (ESIAU) a tenu le 10 février 2024, au sein de son établissement, une journée dédiée à ses étudiantes. C’était à l’occasion de la Journée internationale des femmes et filles en science, célébrée chaque 11 Février, l’événement est placé sous le haut patronage du ministère de la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Selon le directeur de l’ESIAU, Professeur Abdoulaye DEYOKO, l’effectif des filles depuis ces trois dernières années a plus que doublé. Pour lui, cette augmentation montre que les filles commencent à être attirées par les filières scientifiques en particulier par les métiers porteurs du BTP. L’École Supérieure d’Ingénierie d’Architecture et d’urbanisme, travaille activement à faire la promotion de femmes dans l’architecture.

Professeur Abdoulaye DEYOKO révèle qu’au temps de l’empire manding et jusqu’à nos jours, la case sacrée du roi était crépie et décorée par les femmes chaque sept ans et après chaque saison des pluies.

Au cours de cette célébration, trois étudiantes ont présenté à l’assistance, le diagnostic urbain de certains quartiers de la commune 3 du District de Bamako. Cette journée a été aussi l’occasion de  présenter les travaux réalisés par les étudiants ; la visite des étudiants de 1ère année en séance de travail et la visite du laboratoire numérique qui contient l’imprimante 3D, la Maison Intelligente, ainsi que la ferme connectée. L’ambition de l’ESIAU est de susciter l’intérêt des filières scientifiques chez des jeunes filles.

Le Directeur de l’ESIAU mentionne également qu’au Mali, plusieurs constats démontrent une baisse de l’engouement des apprenants vers les filières scientifiques, qui sont pourtant porteurs d’emplois.

Fabrice NOUZIANYOVO, JSTM

Laisser un commentaire