Le sucre, une source confirmée de l’obésité

Une nouvelle étude unifie un certain nombre d’hypothèses sur les causes alimentaires de l’obésité : le fructose serait le moteur de la maladie métabolique. La majorité des études montrent une corrélation entre la forte consommation de sucre et une prise de poids, le risque de goutte et de problèmes cardiovasculaires…

0

Une nouvelle étude unifie un certain nombre d’hypothèses sur les causes alimentaires de l’obésité : le fructose serait le moteur de la maladie métabolique. La majorité des études montrent une corrélation entre la forte consommation de sucre et une prise de poids, le risque de goutte et de problèmes cardiovasculaires. La consommation excessive de sucre est en outre directement reliée à plusieurs problèmes métaboliques et effets négatifs sur la santé.

L’origine de l’obésité

Une alimentation trop riche en graisses ou en sucres ? Toutes les hypothèses sont correctes mais semblent pourtant incompatibles. Sauf pour une équipe dirigée par Richard Johnson, chercheur à l’université Anschutz de Californie, qui identifie le fructose au centre de ces différentes voies métaboliques. La recherche publiée dans Obesity estime que ce facteur sucré réconcilie les précédentes hypothèses.

Le fructose est présent partout : dans le sucre de table, le miel et de nombreux produits industriels en tant qu’additif. Il peut également être fabriqué dans le corps, notamment à partir du glucose. Ainsi métabolisé, il diminue l’énergie utilisable de l’organisme (l’adénosine triphosphate ou ATP), ce qui indique au corps qu’il a besoin de davantage de carburant. Arrive alors une sensation de faim et nous mangeons. Les chercheurs appellent cela « l’hypothèse de la survie du fructose ».

L’obésité est une maladie multifactorielle dans laquelle interviennent des facteurs génétiques et environnementaux comme une alimentation déséquilibrée.

L’obésité, un trouble du métabolisme énergétique

« Cette théorie considère l’obésité comme un état de faible énergie, explique le docteur en médecine. Identifier le fructose comme le conduit qui redirige le remplacement de l’énergie active vers le stockage des graisses montre que le fructose est à l’origine du déséquilibre énergétique, ce qui unifie les théories. »

Ainsi, l’obésité est un trouble du métabolisme énergétique, dans lequel l’ATP est faible dans un contexte d’énergie totale élevée. « Ce mécanisme basé sur l’évolution est utilisé pour aider les animaux à stocker les graisses lorsque la nourriture est encore disponible avant une pénurie prévue, écrivent les auteurs de l’étude. Bien qu’elle soit destinée à favoriser la survie à court terme, cette voie qui était bénéfique devient le moteur de nombreuses maladies modernes lorsqu’elle est utilisée de façon excessive et chronique. »

Des études supplémentaires devront valider cette hypothèse unificatrice des précédentes théories. (futura science)

Fabrice NOUZIANYOVO, JSTM

Laisser un commentaire