A la une, Agriculture, AGRICULTURES

La jeunesse scientifique malienne “prête” à relever le pays par la recherche

Les 17 et 18 mai 2021, des jeunes scientifiques de l’Institut polytechnique rural de formation et de Recherche Appliquée (IPR/IFRA) de Katibougou ont organisé un mini colloque au cours duquel, ils ont mis en avant leur compétence dans le secteur agro-sylvo-pastoral au Mali. 

«Faisons confiance à la jeunesse, car elle mérite sa place dans la recherche scientifique. Mais il faut qu’elle soit bien formée pour faire de bonnes recherches », soutient Professeur Hamadoun Amadou Babana, 64 ans, Directeur du Laboratoire de microbiologie et de biotechnologie microbienne (LaboREM-Biotech) à la faculté des sciences et techniques de Bamako. Au cours du mini colloque organisé à Katibougou, le lundi 18 et mardi 19 mai dernier, le chercheur a exposé sur le thème «Redynamisation de la recherche agricole au Mali: rôle ou place des jeunes dans la recherche scientifique.»

Aux dires du directeur du LaboREM-Biotech, «les grands chercheurs maliens sont en train de partir à la retraite», c’est pourquoi, « dès maintenant, les jeunes doivent être recrutés, mis à la disposition des anciens ou travailler en équipe avec les anciens chercheurs afin qu’ils apprennent à faire la recherche. Mais surtout, le gouvernement doit augmenter le montant alloué au Fonds compétitif pour la recherche et l’innovation technologique (FCRIT) afin de mettre en activité cette jeunesse qui s’intéresse de plus en plus à la recherche scientifique.»

Pour rappel, le Mali dispose d’un important potentiel agro-sylvo-pastoral et halieutique, mais, selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le pays n’arrive toujours pas à couvrir entièrement ses besoins alimentaires et atteindre un niveau de sécurité alimentaire satisfaisant et durable. 

Afin de relever le pays dans ce secteur, 44 jeunes scientifiques se disent prêts pour «  la redynamisation de la recherche scientifique en agro-sylvo-pastoral.» 

Ces jeunes, issus de l’IPR de Katibougou, ont bénéficié d’une bourse de formation à l’université de Lausanne au Canada, grâce au projet de formation agricole pour la sécurité alimentaire au Mali (FASAM), avant de revenir dans leur pays. 

Leur retour a été marqué par la tenue d’un mini colloque au cours duquel, Ibrahim Ag Abdoulaye porte parole des jeunes chercheurs boursiers a expliqué à JSTM que ses collègues et lui sont prêts à servir le Mali. 

«Nous sommes prêts à intégrer l’enseignement supérieur de notre pays», a-t-il soutenu avant de rappeler quelques thèmes des travaux scientifiques qu’ils ont effectués. Parmi ceux-ci, JSTM note : “la production rizicole et la sécurité alimentaire dans la région de Ségou”; “Effet du crédit équipement sur le revenu agricole des producteurs de coton au Mali” et “Aménagement et revêtement des canaux d’irrigation”.

 

 

Au Mali, les plus connus des chercheurs sont des sommités reconnues à l’international. Professeurs Samba Diallo, Ogobara Doumbo, Rokiatou Sanogo, Ousmane Koïta, Hamadoun Amadou Babana… pour n’en citer que quelques-uns, portent encore très haut, pour certain, le flambeau de la recherche scientifique malienne. Pendant qu’elle est régulièrement citée comme l’un des fers de lance du développement économique national, celle-ci peine cependant à déployer tout son potentiel. 

Ogobara Doumbo est décédé le 9 juin 2018; les autres chercheurs partent au fur et à mesure à la retraite, pourtant l’engouement reste présent et les résultats de recherche du Mali ont de quoi inspirer la jeune génération qui s’implique elle aussi de plus en plus dans le secteur. Cependant, il faut un transfert de connaissance. 

«Cette transmission de savoir explique Pr Hamadoun Amadou Babana est confrontée à deux principales contraintes, à savoir, le manque de moyens financiers pour soutenir les programmes de recherches et l’individualisme qui fait que chacun veut évoluer seul sans former une équipe solide

Ces contraintes ne freinent toutefois pas l’élan de cette jeunesse qui a décidé de s’investir dans la découverte du “pourquoi et du comment” et se dit «prête à redynamiser la recherche scientifique» dans le pays.

Mardochée BOLI|JSTM.ORG

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire