A la une, LES BREVES, Santé, SANTE | MÉDECINE

Insuffisance rénale chronique: l’hémodialyse, cette nouvelle technique qui fait son chemin au Mali

L’insuffisance rénale chronique est un problème de santé publique au niveau mondial. Cette affection est aussi prise en charge par la dialyse. Cependant, deux méthodes sont utilisées par les spécialistes. Depuis peu, l’hémodialyse fait son chemin au Mali. Elle est conseillée par le Professeur Sadio Yena, Chef du Service Chirurgie Cardio Vasculaire à l’hôpital du Mali.

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave qui entraîne une détérioration graduelle et irréversible de la capacité des reins à filtrer le sang et à excréter certaines hormones. Ailleurs, elle touche les sujets âgés. Cependant, une étude publiée dans le Pan African Medical Journal révèle qu’en Afrique, la maladie s’installe plutôt chez les sujets jeunes et actifs. Au Mali, l’étudiant en médecine, Abdoulaye Togo, montre, dans sa thèse, que l’insuffisance rénale chronique représente 23,65% des causes d’admission dans le service de néphrologie du CHU du Point G.

Il existe plusieurs traitements à l’insuffisance rénale chronique, selon la gravité de la maladie. Ces traitements vont du régime alimentaire à la greffe rénale, en passant par les médicaments, ou encore la dialyse. A l’hôpital du Mali, la dialyse rénale se limitait à la dialyse péritonéale. Cette technique consiste à introduire un cathéter, grâce à une intervention chirurgicale, dans la cavité péritonéale. Ainsi, le péritoine, une membrane à deux feuillets, remplie de dialysat, est utilisé pour filtrer le sang.

Dans les CHU au Mali, l’hémodialyse ou le rein artificiel fait de plus en plus son chemin. Contrairement à l’autre méthode, en hémodialyse, le mécanisme d’épuration du sang se passe en dehors du corps humain, dans une machine (dialyseur). Le sang du patient est pompé à partir d’une fistule artério-veineuse ou d’un cathéter placé dans une grande veine. Ce sang, dans un circuit extracorporel, est filtré, avant de revenir dans le corps du patient.

1,6 milliards F CFA versés aux hôpitaux

En moyenne, une séance d’hémodialyse dure quatre heures. Trois séances par semaine sont nécessaires pour assurer un remplacement efficace de la fonction rénale. En 2019, l’Etat malien a versé 1,6 milliards F CFA aux hôpitaux pour la réalisation de l’hémodialyse. Une séance de dialyse coûte, aujourd’hui, 125 000 francs Cfa. Le patient paie 2500 F cfa et le reste est assuré par l’Etat.

Chef de service Chirurgie Cardio Vasculaire à l’hôpital du Mali, le Professeur Sadio Yena salue l’importance que connaît de plus en plus l’hémodialyse dans les hôpitaux au Mali. «Cette méthode a permis d’accélérer l’essor de la dialyse au Mali», se réjouit le spécialiste. Et de conclure: «Les cathéters, placés dans le corps dans l’ancienne technique, étaient source d’infections pour les malades».


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Mariam Aldiou | JSTM.ORG

Laisser un commentaire