A la une, LES BREVES, Santé

Covid-19: les volte-face d’une experte de l’OMS sur les cas asymptomatiques

Au cours d’une conférence de presse, le lundi 08 juin, Dr Maria van Kerkhove, spécialiste des maladies infectieuses à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré que la transmission asymptomatique du SRAS-CoV-2 est «très rare». Mais, 24h après cette déclaration, la Responsable technique de Covid-19 à l’OMS revient sur ces propos.

«D’après les données dont nous disposons, il semble toujours que de rares personnes asymptomatiques transmettent effectivement le virus à d’autres individus». Cette transmission asymptomatique est « très rare », avait indiqué Maria Van Kerkhove, lors de sa conférence de presse. Une affirmation allant dans le sens contraire de ce que les scientifiques pensaient jusque-là sur la pandémie.

Selon The Guardian, des études de modélisation estiment que jusqu’à 40% des infections à coronavirus pourraient être transmises par des personnes qui ont le virus, mais sans aucun symptôme. Pour Maria Van Kerkhove, les données du monde réel suggèrent que ce type de transmission est un événement rare. Mais, quelques heures après ses propos, Van Kerkhove assure que sur la transmission asymptomatique «nous n’avons pas encore la réponse».

«J’ai utilisé l’expression «très rare» et je pense que c’est un malentendu d’affirmer que la transmission asymptomatique à l’échelle mondiale est très rare. Je faisais référence à un sous-ensemble d’études. Je faisais également référence à certaines données qui ne sont pas publiées », a-t-elle déclaré, selon The Guardian. «Ce n’est pas seulement qui transmet aux autres, mais quand», et «Les données sont très préliminaires.» L’OMS travaille avec les pays pour obtenir des réponses, a-t-elle affirmé.

Lire aussi – Covid-19 au Mali: Tombouctou, localité la plus touchée après le District de Bamako

Des vives réactions

Si elle se confirmait, la rareté de la transmission asymptomatique et pré-symptomatique de la Covid-19 pourrait être une bonne nouvelle pour le Mali. En effet, depuis le début de la pandémie le Mali avait opté pour le test des seules personnes présentant les symptômes. Une stratégie qui a rendu difficile l’arrêt de la chaîne de contamination, selon des autorités sanitaires. Alors à l’annonce de la déclaration de Maria Van Kerkhove, JSTM a sollicité la réaction du Pr Seydou Doumbia, spécialiste des maladies infectieuses et président du Comité Scientifique de la lutte contre la Covid-19 au Mali. Une réaction toujours attendue.

L’une des plus fortes réactions contre la déclaration de Van Kerkhove, est venue de Liam Smeeth, professeur d’épidémiologie clinique à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.  «J’ai été assez surpris par la déclaration de l’OMS, et je n’ai pas vu les données sur lesquelles la déclaration est basée», a déclaré Pr Liam Smeeth, selon Science Media Centre.

«Il subsiste une incertitude scientifique, mais une infection asymptomatique pourrait représenter environ 30% à 50% des cas. Les meilleures études scientifiques à ce jour suggèrent que jusqu’à la moitié des cas ont été infectés par des personnes asymptomatiques ou pré-symptomatiques.» a conclu Liam Smeeth.

JSTM.ORG

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire