A la une, Actualite Scientifique, LES BREVES

Courez-vous un risque lorsque vous vivez avec un gecko dans votre maison ?

Le gecko est un reptile qui vit dans les maisons, les placards, les arbres, les murs… Sa cohabitation avec les hommes a fait que des mythes se sont fondés à son sujet. Il est qualifié d’animal venimeux capable de mordre ou d’empoisonner par ses sécrétions.

Le gecko est mal vu par certaines populations. En effet, de nombreuses croyances populaires sont liées au gecko. Des croyances fondées sur des légendes, ou parfois fondées sur la religion. «Certaines personnes pensent que le gecko est un animal malfaisant, répugnant, dégoûtant et venimeux », affirme Souley Fati dans sa thèse intitulée «Contribution à l’étude ethnotoxicologique d’un Gecko communément appelé Salamandre : le genre hemidactylus. Légende, mythe ou réalité ?”

Dans sa thèse soutenue en 2005, Faty indique que le gecko appartient à la famille des lézards, avec 1500 espèces recensées. Les geckos sont de petits lézards mesurant en moyenne 20 cm de long, avec un corps allongé, et une large tête triangulaire, la queue faisant parfois la moitié de la longueur. Leur peau recouverte d’écailles s’adapte à un grand nombre de conditions climatiques. Ils vivent généralement dans les régions tropicales, mais ils se sont aussi adaptés à des environnements très secs comme les déserts. Beaucoup d’espèces de geckos colonisent les habitations humaines, on les appelle les «gecko de maison ». 

« Aucun gecko au monde n’est venimeux. Il n’y a donc aucun risque à avoir des geckos dans sa maison ou d’en être en contact avec eux », peut-on lire dans un article récent sur le sujet. «Les intoxications d’ordre digestive liées au gecko sont essentiellement liées à des microbes hébergés par cet animal et qui sont transmis au cours de leur passage et non une quelconque toxine», rapporte un autre article.

Les colorations du gecko varient en général du brun clair ou foncé au jaune pâle, avec souvent des bandes ou des taches. «Ces différentes colorations sont fonction des conditions climatiques du milieu de vie du gecko », a expliqué la doctorante de l’Université de Bamako.

Toutes ces croyances populaires existent depuis des années et se racontent de génération en génération. La dangerosité de cette espèce reste toujours un mythe, car plusieurs études prouvent le contraire.

Sira Niakaté | JSTM.ORG

Laisser un commentaire