A la une, LES BREVES, Santé

Coronavirus : le Tippy Tap, un lave-mains pour limiter la propagation du virus au Mali

Le Secrétaire général de la Société malienne de pathologie infectieuse et tropicale (Somapit), Dr Yacouba Cissoko, a expliqué à JSTM qu’en cette période de pandémie du Coronavirus, le Tippy Tap est l’un des meilleurs dispositifs pouvant limiter les infections, dans les pays pauvres d’Afrique.

«Avant, quand les dirigeants africains étaient malades, ils partaient se faire soigner en Europe. Aujourd’hui, si tu as le coronavirus, tu ne peux pas entrer en Europe», raconte à JSTM, Dr Yacouba Cissoko, Médecin infectiologue au CHU point G de Bamako. Aux dires du Secrétaire général de la Somapit, ces occasions devraient nous permettre de réfléchir pour améliorer nos systèmes de santé. «Et c’est possible ! », rassure-t-il en tapant des points sur la table. Pour un pays pauvre comme le Mali, ajoute Dr Cissoko, le Tippy tap est le meilleur lave-mains pour freiner l’expansion du nouveau coronavirus.

D’origine indienne, le Tippy Tap est un lave-mains conçu artisanalement dans le but de lutter contre les maladies qui sont liées aux mains sales. Un instrument qui, à travers sa technique d’utilisation, permet de se débarrasser des microbes, d’économiser de l’eau et de juguler la contamination. «C’est un instrument qui a beaucoup aidé à lutter contre la maladie à virus Ebola. Tippy tap est aussi aujourd’hui un moyen simple et pratique pour lutter contre la propagation du coronavirus », indique l’infectiologue Dr Yacouba Cissoko.

Du contaminé au contaminant…

Se laver les mains régulièrement, est un geste indispensable pour stopper les infections et protéger ses prochains contre les maladies qui se transmettent par les microbes. Pourtant, lors du lavage des mains au savon, on constate que plus de microbes sont transmises d’une personne à une autre à travers le matériel utilisé. Cela s’explique par le fait qu’au début du lavage des mains, en touchant le matériel (robinet ou autres) on peut y laisser des germes et quand on finit, il faut retoucher le matériel, ce qui signifie que les mêmes germes de microbes restent toujours dans les mains et ceux-ci peuvent facilement atteindre un autre utilisateur.

Cependant, la différence entre le Tippy tap et les autres dispositifs installés à l’entrée de certaines institutions, des banques et autre lieu public est qu’il se manipule avec les pieds, au lieu des mains. Il réduit donc les chances de contamination. Il se construit facilement et économise de l’eau plus que les autres techniques de lavage avec le savon. « L’instrument sert à lutter contre les maladies qui se transmettent par les mains sales, comme la diarrhée, le choléra… », ajoute Dr Yacouba Cissoko.

Essayeriez-vous la reproduction ?

Au Mali, l’utilisation de cet instrument a commencé dans la région de Sikasso notamment dans le cercle de Kadiolo et de Kolondièba, dans la région de Koulikoro précisément à Ouléssébougou, Nara, Kangaba, suite à la lutte contre la maladie à virus Ebola.  «Malheureusement, les gens abandonnent la pratique après les épidémies, alors que c’est un moyen simple qui peut nous protéger contre des maladies infectieuses si on l’utilise régulièrement », a souligné Dr Yacouba Cissoko. Facile à fabriquer, le Tippy Tap n’utilise que des matériaux locaux : deux bâtons en fourche piquet à 1mètre 70 l’un de l’autre, avec une transversale sur laquelle est suspendu un bidon percé sur le flanc avant.

Avec l’un des bouts d’une corde, un nœud est coulé autour du goulot du bidon et l’autre bout rattaché à un bâton droit servant de pédale, de manière à faire basculer le bidon pour faire couler l’eau. Juste à côté est aussi suspendu un morceau de savon pour se laver les mains. 

Quand le virus fait son arrivé au Mali…

Jusque-là, le Mali détenait encore le record de zéro cas confirmé dans la sous-région Ouest Africaine. Des observateurs ont qualifié la situation de ‘’ miracle malien ’’. Mais la joie a été de courte durée avec l’annonce le mercredi 25 mars, de deux cas positifs au Covid 19. Le pays a enregistré à la date du 29 mars, un total de 20 cas confirmés et un mort, en seulement quatre (04) jours.

Dans un pays où toutes les attitudes, modes de vie et pratiques courantes concourent à la propagation du virus, les autorités appellent régulièrement la population au lavage systématique et régulier des mains avec de l’eau et du savon et à l’application de toutes les mesures de prévention.

En cette période de pandémie liée à Covid-19, Tippy tap, s’il est adopté, peut contribuer à réduire le taux d’infection au Mali. Il est aussi nécessaire de rappeler ce slogan de Watershed management group: «Souvenez-vous, lavez des mains au savon peut sauver des vies ».

Mardochée BOLI /Abdoulaye Konimba

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire