A la une, LES BREVES, Santé, SANTE | MÉDECINE

Contamination ombilicale : Première cause de tétanos néonatal au Mali

Le tétanos néonatal constitue une cause de morbidité et de mortalité néonatales dans les pays en développement. Le pédiatre Bourama Kané a mené une étude des cas de tétanos néonatal à l’Hôpital du Mali. Son étude a été publiée dans Mali Revue Infect Microbiol 2020, Tome 15.

Le tétanos est une maladie aigue potentiellement mortelle causée par une neurotoxine produite par une bactérie Clostridium tetani.  On parle de tétanos néonatal, lorsqu’il atteint les nouveau-nés pendant le premier mois de leur vie.

«Le tétanos néonatal est une maladie qui doit être éradiquée normalement parce qu’il y a un vaccin qui est très efficace et gratuit. Malheureusement, dans les pays en voie de développement notamment au Mali, on continue à enregistrer des cas de tétanos néonatal», a indiqué Dr Bourama Kané chef de service de pédiatrie de l’hôpital du Mali.

 Au Mali, selon le Système Local d’Information Sanitaire (SLIS) en 2015, 8 cas de tétanos néonatal ont été notifiés. Parmi ces cas, il y a eu 05 cas de décès. En 2016, 10 cas de tétanos néonatal ont été enregistrés et dont 4 décès. L’étude menée par le pédiatre Bourama Kané, en 2018 a porté sur 03 cas de tétanos néonatal diagnostiqués au service de néonatologie de l’Hôpital du Mali.

 Intitulée «Tétanos néonatal : rapport de trois cas cliniques de janvier 2017 à juillet 2018 à l’unité de néonatologie de l’hôpital du Mali», l’étude a révélé que la contamination ombilicale est le type de contamination la plus fréquente. Cette contamination, explique le pédiatre, a lieu immédiatement après l’accouchement suite à la section du cordon par un instrument souillé ou par soins rituels du cordon et de l’ombilic.

Les facteurs favorisant le tétanos néonatal…

Au cours de l’étude, le chercheur rapporte que l’un des bébés était né à domicile. Son cordon a été sectionné par un instrument souillé. Dans tous les trois cas, les observations ont fait ressortir la notion de soins rituels de l’ombilic notamment à base de beurre de karité. « Le beurre de karité n’est pas un produit stérile, il ne contient pas d’antiseptique. Les mamans y ajoutent d’autres produits traditionnels, ce qui est un facteur de risque de tétanos et d’autres infections néonatales», explique Dr Kané.

Selon le chercheur d’autres facteurs sont à l’origine de tétanos néonatal comme les conditions socio-économiques des familles scolarisation qui n’apportent pas beaucoup d’intérêt à la vaccination, le manque d’information et  les accouchements à domicile. Admis à l’hôpital pour trismus (contraction de la mâchoire) et fièvre, les bébés étaient nés à terme par voie basse après une grossesse mal suivie. Les mamans n’étaient pas vaccinées contre le tétanos. Sous traitement, le premier est guéri au bout de 15 jours. Les deux autres sont décédés dès les premiers jours de leur hospitalisation en hypertonie fébrile.

Vigilance… EDS VI

«Après les trois cas de tétanos néonatal enregistrés en 2018, nous n’avons enregistré aucun cas  à l’hôpital du Mali », se réjouit le Chef de service de la pédiatrie. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de cas au Mali, clarifie-t-il. En effet, selon les chiffres de l’enquête Démographique et de Santé (EDS VI), le combat contre le tétanos néonatal n’est pas encore gagné au Mali. Ainsi, de 2006 à 2018, le pourcentage de femmes dont la dernière naissance vivante a été protégée contre le tétanos néonatal a chuté de 54 % à 50 % en milieu urbain et de 65 % contre 45 % en milieu rural.

Pour l’éradication de cette pathologie au Mali, Dr Kané suggère une sensibilisation des mères à la consultation prénatale. «Il y a un vaccin qui est efficace, gratuit, et qui se fait lors des consultations prénatales», a conclu le chercheur.

Mariama Diallo|JSTM.ORG

Laisser un commentaire