A la une, LES BREVES, Santé, SANTE | MÉDECINE

Comment se faire la prise en charge des brûlures caustiques de l’œsophage au Mali ?

Les brûlures caustiques de l’œsophage représentent une cause de mortalité infantile négligée en Afrique. Elles sont fréquentes généralement chez les enfants dans les pays à revenu faible. Cette pathologie survient après une ingestion accidentelle, volontaire ou criminelle d’un produit corrosif.

«Les brûlures caustiques de l’œsophage sont une ingestion d’un produit qui entraine des lésions avec une destruction de la muqueuse de l’œsophage. Ces produits sont caustiques, corrosifs ou corrodants parce qu’ils ont un pouvoir de destruction lié à leur caractère chimique ou physico-chimique», explique le Professeur Sadio Yena, Chef du service de Chirurgie thoracique à l’Hôpital du Mali. La soude caustique est généralement utilisée au Mali dans la fabrication de savon artisanal, dans la teinture ou encore pour le défrisage des cheveux. Conservé à domicile, parfois à la portée des enfantsl’ingestion du produit provoque des lésions corrosives de l’œsophage très pénibles.

En 2004, selon l’OMS, 310 000 personnes ont perdu la vie, dans le monde, suite à l’ingestion de produits caustiques. Au Mali, nous n’avons pu trouver des statistiques nationales récentes sur cette pathologie. Cependant, à l’hôpital du Mali, de 2011 à nos jours, 230 cas de ces brûlures ont été enregistrés au Service de Chirurgie thoracique. Ce qui dénote une moyenne de 30 personnes annuellement reçues à l’hôpital du Mali. Plusieurs cas de ces brûlures caustiques de l’œsophage meurent avant de venir dans les hôpitaux, estime le Pr Yena.

-lire aussi- Hydrocéphalie: Au Mali, des chercheurs ont trouvé des causes à cette maladie

Dans le corps humain, l’œsophage joue un rôle important. Il consiste à faire progresser les aliments et les liquides de la bouche vers l’estomac. Or, ces brûlures entrainent la destruction de l’œsophage. Une fois anéanti, ce dernier ne peut plus assurer son rôle, les douleurs interviennent et provoquent la dysphagie (difficulté d’avaler). Cette dysphagie conduit à la dénutrition du patient qui rend compliqué le traitement. La nutrition est un élément fondamental dans la prise en charge. «C’est pourquoi, nous avons fait des recherches sur nos produits locaux que nous sommes en train de développer pour ces enfants atteints afin de faciliter leur opération», indique Dr Yena.

Une intervention compliquée…

La prise en charge des brûlures caustiques de l’œsophage se fait de façon médicale ou chirurgicale. Cette prise en charge dépend du degré de brûlure. Quand la brûlure est légère, son traitement est essentiellement médical. Parfois, explique le spécialiste, cette brûlure légère entraine des sténoses œsophagiennes qui sont traitées par une dilatation. La dilatation se fait régulièrement toutes les deux semaines pour que l’œsophage ait un calibre normal. On insère des bougies de dilatation à l’intérieur de l’œsophage afin que les aliments puissent passer. Quand cette dilatation n’est pas possible, il est important de remplacer l’œsophage soit par l’estomac ou par le gros intestin. Cette chirurgie est compliquée, car elle nécessite, non seulement, une anesthésie mais aussi une «grosse réanimation», indique le Pr Sadio Yena. Elle peut durer jusqu’à 5 ou 6 heures de temps.

En plus de brûler l’œsophage, ces produits corrosifs entrainent le cancer de la peau, le cancer pulmonaire, la cataracte et provoquent un problème des voies respiratoires et des organes génitaux. Pour lutter contre le fléau, le Pr Sadio Yena, recommande de garder les produits hors de la portée des enfants.

Légende: Patient soigné lors de la première mission de sténoses caustiques organisée par la chaîne de l’espoir au Mali / Crédit photo à la UNE: Chaîne de l’espoir


Attention: La reprise de cet article, même partielle, sans l’autorisation écrite du JSTM est passible de poursuite judiciaire.


Mariam Aldiou | JSTM.ORG

Laisser un commentaire