Sociologie

Chefferie traditionnelle à Bamako : Dramane Niaré le 10 ème chef intronisé

Les annales de l’histoire de la Chefferie traditionnelle des Niakaté-Niaré retiendront désormais le nom d’un homme.  Dramane Niaré, vient d’être intronisé à vie, tôt le matin du jeudi 13 octobre 2016, au terme  de rituels discrets  réservés à quelques rares initiés.  Il succède à Modibo Niaré et devient le 10ème Chef traditionnel. Pour magnifier l’évènement, une cérémonie officielle festive s’est solennellement tenue à l’esplanade de la maison familiale.    Présidée par Ibrahim Boubacar Kéita, Chef de l’Etat, elle a regroupé un beau monde venu de l’intérieur du Mali comme de l’extérieur. Des interventions ont lieu et des cadeaux ont été offerts. Le film de l’évènement !  

Le président IBK était accompagné du Chef de gouvernement, Modibo Kéita, du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités territoriales, Mohamed Ag Erlaf.  Trois anciens Premiers ministres du Mali-Ousmane Issoufi, Modibo Sidibé et Moussa Mara- avaient fait le déplacement.  Des notabilités nationales politiques, administratives et religieuses  ainsi que  le corps diplomatique faisaient partie du riche décor. Lequel était envahi par une foule nombreuse composée essentiellement des membres de la communauté des Niakaté-Niaré venus de tous les coins du Mali et d’ailleurs. Des délégations étrangères africaines n’ont pas manqué l’évènement. Ils sont venus du Burkina Faso, Niger, Bénin, Nigeria et de la Côte d’Ivoire.  La cavalerie de la Garde Nationale avait fait le déplacement pour rendre les honneurs.

Après l’arrivée du président IBK, ce fut la sortie solennelle du patriarche des Niakaté-Niaré, tout habillé en cotonnade couleur beige. Il tenait dans sa main droite son grand sabre royal sur lequel, il s’appuyait pour marcher. D’après les us et coutumes, il est formellement interdit de lui parler et le croiser. Accompagné de ses conseillers et de sa garde d’honneur, également vêtue de cotonnade de même couleur,  il fit le tour de l’esplanade, au rythme des tam-tams et trompettes traditionnelles (« bourou en langue bambara),  pour saluer l’ensemble des dignitaires présents. Fini cet exercice, le Patriarche et ses conseillers s’installèrent sur la loge officielle à gauche du Chef de l’Etat. Les festivités pouvaient alors commencer.

La troupe folklorique de Minkoungo a eu l’honneur de faire la première prestation artistique. Elle a procédé à la sortie de ses marionnettes (« Kono », en Bambara). Son numéro présenté a énormément émerveillé les officiels et le public présents.  La troupe Old Imo Progressive des ressortissants du Nigéria au Mali, a ouvert le rideau pour la délégation nigériane venue apporter son soutien de la chefferie de leur pays. Le chef de la délégation, après avoir transmis le message fraternel de paix de la chefferie nigériane, a remis la chaise royale que sa chefferie a offerte comme cadeau au nouveau patriarche des Niakaté-Niaré.

Des interventions ? Il y en a eu plusieurs. Cheick Sylla est spécialement venu de Lamidou (Nioro du Sahel) pour raconter, comment les Niakaté-Niaré sont arrivés à Bamako. D’après lui, ce fut l’œuvre d’une longue migration qui les a conduits de Diara (Nioro du Sahel) à Bamako, en passant par Lamidou et Ségou. A son tour, Bourama Soumano s’est chargé de faire l’historique de la création de la ville de Bamako.

Moussa Souma Maïga, au nom de l’ensemble de la Chefferie traditionnelle du Mali, a souhaité longue vie et un meilleur règne au nouveau patriarche. “Je remercie les Niaré pour la pérennisation de cette pratique. Nous félicitons chaleureusement le nouveau chef des Niaré pour avoir été choisi par la légendaire famille fondatrice de Bamako. Nous profitons de cette auguste assemblée, pour adresser une requête au président de la république. Nous lui demandons qu’il s’investisse encore plus pour la promotion et l’institutionnalisation de la chefferie traditionnelle au bénéfice de notre pays, à l’instar des autres africains», s’est ainsi exprimé le Chef des Songhoïs. D’après  lui, la Chefferie traditionnelle joue un grand rôle dans la médiation intercommunautaire et pourrait davantage servir à la paix et la réconciliation dans le cadre des Accords  issus du processus d’Alger. Souleymane Niaré, au nom de la  Communauté des Niakaté-Niaré, a vivement remercié les dignitaires et l’ensemble des personnes qui ont assisté aux festivités  d’intronisation de leur Chef traditionnel.

Le ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités territoriales, a abondé dans le même sens que celui du Chef des Songhoïs. “La chefferie traditionnelle a été pendant très longtemps négligée dans son rôle qu’elle joue en terme de stabilisation de notre société et en terme d’auxiliaire de l’administration reconnue comme telle mais non jusqu’à présent valorisée. Je ne trahirai aucun secret en disant qu’instruction nous a été donnée pour que son statut soit désormais valorisé et renforcé en République du Mali”, sont les propos rassurants du ministre.

En fin de cérémonie, la Communauté des Niakaté-Niaré a procédé à la remise de cadeaux aux dignitaires de la république et aux invités de marque. Même le chef de l’Etat a reçu le sien ! Une lecture de Coran, pour un meilleur règne du Patriarche et la paix et la réconciliation au Mali, a servi de clou aux festivités. L’intronisation officielle de Dramane Niaré survient 128 ans après celle de Titi Niaré 1882-1888), le Chef qui a reçu les Colons français à Bamako. Ses autres prédécesseurs sont Dionké Niaré, Maridié Niaré, Amadou Coumba Niaré, Bomboli Niaré, Fabilé Niaré, Badugunè Niaré, Baba Titi Niaré et Modibo Niaré.

Modibo Fofana, Journaliste scientifique

Laisser un commentaire