A la une

Cas rare : un bébé humain nait avec une queue !

Un bébé est né avec une queue de 12 cm au niveau de sa fesse gauche, au début de l’année 2021 dans un hôpital au Brésil. Comment cette anomalie est-elle possible ?

Le bébé de sexe masculin est né avec une excroissance de 12 cm de long dont l’extrémité est constituée d’une boule d’environ 4 centimètres. Les queues humaines sont des anomalies congénitales rares, mais pas impossibles.

40 cas de «queues humaines» rapportés

Lorsque le fœtus humain se développe, une queue se forme à partir de la cinquième semaine. Elle disparaît ensuite à la huitième semaine, grâce à un phénomène de mort cellulaire appelé apoptose: c’est ce qui permet de sculpter le fœtus tout au long de la gestation.

»»» lire aussi- Hydrocéphalie: Au Mali, des chercheurs ont trouvé des causes à cette maladie

Or, dans certains cas, la queue peut perdurer jusqu’à la naissance. Ces appendices cutanés sont souvent associés à un dysraphisme spinal, une malformation de la colonne vertébrale le plus souvent dans la région lombo-sacrée.

C’est ce qui est arrivé au nouveau-né dont il est question. «Les appendices cutanés lombo-sacrés (…) sont une indication importante de l’implication du système nerveux, et une investigation complète avec des examens d’imagerie est essentielle pour une approche thérapeutique et un suivi adéquat, réduisant le risque de séquelles neurologiques progressives», ont déclaré les médecins qui rapportent ce cas clinique dans la revue Journal of Pediatric Surgery Case Reports.

1-s2.0-S2213576621000233-gr2_lrg

L’excroissance du patient nouveau-né. Crédits : Journal of Pediatric Surgery Case Reports

Après examen du très jeune patient, aucune atteinte nerveuse associée n’a été détectée. La protubérance a pu être retirée par opération chirurgicale, sans risque de développer un déficit neurologique.

Les «vraies queues» humaines sont constituées de tissus adipeux, de vaisseaux sanguins, de muscles et de fibres nerveuses, mais elles ne contiennent ni os ni cartilage. Elles se différencient des pseudo-queues composées de tissus adipeux, cartilagineux et de d’éléments osseux, qui sont plus fréquentes.

Les vraies queues humaines sont extrêmement rares, avec seulement 40 cas rapportés dans la littérature.

Source: Science et vie

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire