A la une, Actualite Scientifique, LES BREVES, SOCIETE

Avancée de la recherche scientifique au Mali: Faut-il que les chercheurs s’investissent dans la politique ?

La recherche scientifique est le socle de tout  développement. Pourtant les scientifiques maliens connaissent de plus en plus des difficultés de financement. Dans ce contexte, les chercheurs doivent- ils descendre dans l’arène politique pour le bien-être de la recherche scientifique au Mali ?

«Si on avait des décideurs politiques à mesure de comprendre les réalités scientifiques, de la nécessité de la recherche scientifique, je pense que les conditions des chercheurs et les moyens de la recherche s’amélioreront au Mali», accuse Dr Amadou Koné, chercheur en médecine et candidat malheureux aux élections législatives de 2020.  Aux dires de Dr Koné, de l’indépendance à nos jours, le Mali a connu peu de dirigeants avec un niveau scientifique élevé. Ce qui peut expliquer, selon lui, en partie le manque d’intérêt des décideurs pour la science.

Egalement candidate aux dernières élections législatives, Dr Jacqueline Konaté, Enseignante-chercheure à la Faculté des Sciences et Technique appelle les scientifiques à s’investir en politique. C’est à travers la politique, dit-elle, que les aspirations des scientifiques  sont mises en valeur. « Il faut plus de scientifiques dans les instances de décision. Surtout à l’Assemblée nationale qui est la colonne vertébrale de toute démocratie», tranche celle qui est la première femme Docteur en informatique au Mali.

Pour la sociologue Dr Fatoumata Maïga, normalement chercheurs et décideurs doivent chacun, en ce qui les concerne, jouer leur rôle. «Dans les pays développés, les résultats de la recherche sont les matières premières de la politique », explique l’enseignante. Et d’ajouter: «Au Mali dans la plupart des cas c’est surtout les rescapés intellectuels qui constituent le maillon puissant de la politique». Dans ce contexte, l’engagement des  scientifiques en politique est, selon la sociologue, synonyme de désillusion et d’échec des décideurs. Docteur en Sciences Economiques, Lamine Keita pense que la politique n’est pas pour les chercheurs. «A chacun sa place… il faut que la société se donne des dirigeants capables de mettre en valeurs les potentialités du pays», indique le consultant en économie.

Investir dans la recherche…

«Les pays qui ont investi dans les sciences, la technologie et l’innovation ont enregistré des gains économiques importants, des avantages environnementaux et ont obtenu une amélioration du bien-être de leur population » a souligné l’Institut National de la Statistique du Mali dans un rapport d’étude publié en Décembre 2018. Il ressort du même rapport que dans les années 1970, la Corée du Sud et la Malaisie ont investi dans la recherche et le développement. Ce qui a eu un impact favorisant le développement de produits compétitifs de ces deux pays sur le marché mondial.

La promotion de la science est indispensable pour un développement durable. Pourtant, le manque de  financement constitue un grand obstacle auquel les chercheurs maliens font face. Ainsi, l’Institut national de la statistique révèle que plus de 50% du financement de la recherche au Mali  provient de l’étranger. 44,7% des fonds de recherche au Mali constituent les appuis du Gouvernement. Aussi, les structures de recherche font de l’autofinancement ou reçoivent des fonds des ONG.

 

Abdoulaye Konimba KONATE

Laisser un commentaire