A la une, Actualite Scientifique, LES BREVES, Recherche et innovation, SOCIETE, Technologie, TECHNOLOGIES

ANTIM: Promouvoir la santé par les TIC au Mali

Créée par l’ordonnance N° 08-007 PRM du 26 Septembre 2008, l’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM) est un établissement public à caractère scientifique et technologique. L’ANTIM a pour mission principale d’assurer la promotion et le développement  de la télésanté et de l’informatique médicale au Mali à travers la recherche, la formation, la normalisation des processus de télésanté…

La santé pour tous et partout au Mali. Telle est la vision de l’Agence nationale de Télésanté et d’Informatique médicale. Placée sous la tutelle du ministère de la Santé et des Affaires Sociales, l’ANTIM est dirigée, depuis quelques mois, par Ousmane Fomba. Les organes d’administration et de gestion de l’ANTIM sont: le Conseil d’Administration, la Direction Générale, le Comité de Gestion et le Comité Scientifique et Technique. L’ANTIM a entre autres missions de promouvoir la recherche dans le domaine des Technologies de l’Informatique et de la Communication appliquées au secteur de la santé ; contribuer à l’information scientifique et technique sur la télésanté et l’informatique médicale et mettre en place un système de santé électronique. Au-delà de ces missions assignées, l’ANTIM assure la conception des sites web, l’hébergement des données, l’appui technique et conseils, la visioconférence, audit des systèmes d’informations etc.

-lire aussi- Développement de la télémédecine: l’ANTIM et l’AGETIC se donnent la main

En 2019, indique Ousmane Fomba, les activités de l’agence ont porté entre autres sur: l’opérationnalisation de l’envoi automatique des données SIS depuis les instances Openclinic vers le DHSI2; la poursuite de la maintenance active et préventive des équipements du Datacenter; la poursuite de l’extension de la flotte mobile de la santé ( de 1 656 à 2500 lignes); le renforcement des capacités des agents par la formation; la réalisation des visioconférences et la mise à jour des bases de données et la production des cartes professionnelles pour le compte des ordres professionnels de la santé.

Des données fiables pour un système sanitaire de qualité

La flotte mobile de la santé, explique le directeur général, est un ensemble de lignes téléphoniques interconnectées communiquant à un coût forfaitaire. Dans le cadre de sa mission de doter les structures de santé d’un système d’information efficace, l’ANTIM a développé une version adaptée du logiciel Openclinic. Un logiciel open source utilisé dans plus de 100 pays au monde. Cet outil est fonctionnel dans le district de Bamako notamment dans les CHU, les centres spécialisés et quelques CSRéf.

-Lire aussi- Qui est Oussouby Sacko, le Malien président d’une université au Japon?

L’agence a aussi développé un Système Numérique d’Information Sanitaire Intégré (SNISI) qui est un système électronique de remontée de l’information sanitaire par la téléphonie mobile en temps réel, étendu à toutes les données du système d’information sanitaire malien.  

Bientôt, un nouveau siège

Selon le directeur général, l’ANTIM effectue annuellement près de 10 000 consultations médicales. Ce chiffre est assez faible au regard de l’immensité de la tâche à accomplir. Car, en dix ans d’existence, l’agence n’a pas réussi à véritablement décentraliser ses activités. «Nous sommes en train d’étendre nos activités dans les différentes régions du pays pour y promouvoir la télésanté et l’informatique médicale lutter contre des maladies locales », a indiqué Ousmane Fomba.

Avec un budget annuel de 1,8 milliard FCFA, l’ANTIM a initié, en 2019, un nouveau concept «Mercredi du savoir». Le Mercredi du Savoir, explique le Directeur, est une journée du partage du savoir. Pour mieux répondre aux défis qui l’attendent, l’NATIM est en train de se doter d’un nouveau bâtiment à 4 milliards FCFA. Un bâtiment ultra moderne intégralement financé par le Gouvernement malien.

Mariam Aldiou

Laisser un commentaire