A la une, Agriculture, LES BREVES

AgriSaN : Un projet de l’IRD pour évaluer l’impact de l’agriculture urbaine à Bamako 

Financé par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France, à travers le Fonds de solidarité pour les projets innovants, le projet Agriculture Innovante et sécurité Alimentaire nutritionnelle (AgriSaN Bamako) est mis en œuvre par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD-Mali). Un projet de deux ans avec de multiples objectifs.

Analyser l’offre alimentaire à Bamako; évaluer les impacts des pratiques de l’agriculture urbaine et périurbaine sur l’environnement; évaluer l’état de santé et nutritionnel des ménages, en mettant l’accent sur les facteurs de risques des MNT (Glycémie, surpoids, consommation alimentaire..). Ce sont quelques objectifs du projet Agriculture Innovante et sécurité Alimentaire nutritionnelle (AgriSaN Bamako).

Le projet est le résultat d’un appel d’offres du service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France en 2018. Il s’intéresse, selon Yves Kameli, le Coordinateur général, à un domaine peu étudié en Afrique de l’Ouest. Celui de l’agriculture urbaine et les maladies chroniques liées à l’alimentation comme le diabète, l’obésité et l’hypertension. Ainsi, AgriSaN Bamako permettra de «faire un état des lieux de l’agriculture urbaine et de déterminer sa place réelle dans l’offre alimentaire globale de Bamako».

Avec une croissance de la population malienne d’environ 3.6% par an, la démographie urbaine constitue un enjeu important pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le district de Bamako et environs. Elle entraine des changements de comportements alimentaires avec pour conséquence une forte prévalence des maladies comme le diabète, des maladies cardio-vasculaires et d’autres maladies non transmissibles liées à l’alimentation (MNTA). 

«Cette situation, où se côtoient à la fois des maladies de carence toujours présentes et les MNTA, constitue un enjeu majeur pour les systèmes de santé sous-dimensionnés », a indiqué Yves Kameli, Ingénieur de Recherche Nutritionniste.

Un projet en deux phases…

Lancé en 2019, AgriSaN Bamako a permis de réaliser un inventaire de l’offre alimentaire urbaine et périurbaine. Aussi, une évaluation de l’utilisation des pesticides et de la qualité de l’eau d’irrigation est en cours. Sur le plan sanitaire, une enquête auprès d’un échantillon représentatif de plus de 5 000 individus a été réalisée à Bamako, montrant l’importance des maladies chroniques pour certaines catégories de la population. Pour l’année 2020, «la deuxième phase du projet permettra d’analyser des résultats pour aboutir à une restitution en fin d’année auprès des décideurs politiques », a expliqué à JSTM le coordinateur général de AgriSaN Bamako.

Abdoulaye Konimba Konaté |JSTM.ORG

Laisser un commentaire