Epidémiologie actuelle des hémopathies malignes dans les services d’hématologie

Epidémiologie actuelle des hémopathies malignes dans les services d’hématologie

Cette étude rétrospective consacrée aux aspects épidémiologiques des hémopathies
malignes dans deux services hospitaliers de prise en charge des affections hématologiques et
cancéreuses a porté sur 264 dossiers de malades recrutés de 1996 à 2003 soit un effectif
correspondant à un recrutement moyen de 33 cas par an.
Les hémopathies malignes observées étaient dans 76,51% de type lymphoïde parmi lesquelles, les
LMNH étaient prédominants. Parmi les hémopathies malignes non lymphoïdes, la LMC était de
loin la plus fréquente (70,96%). Pour la période considérée, la prévalence de ces affections est
apparue multipliée par 2,32 pour les lymphomes, 2,24 pour les leucémies et 2,04 pour le
myélome multiple et stable pour les autres hémopathies malignes. Une prédominance masculine
a été observée pour toutes les hémopathies malignes sauf pour la LMC qui était apparue plus
fréquente chez la femme que chez l’homme (p=0,002). La distribution des cas selon l’âge était
bimodale avec un premier pic de survenue entre 10 et 19 ans correspondant aux leucémies
aiguës et lymphomes non hodgkiniens et un autre, entre 40 et 49 ans correspondant aux
leucémies chroniques. Parmi 44 sujets testés pour l’infection par le VIH, 5 (11,4%) avaient une
sérologie positive. La place des autres facteurs de risque classiquement rapportés n’a pu être
évaluée. L’étude de la provenance des patients et des délais de consultation laissait apparaître
quelques particularités qui pourraient s’expliquer par des facteurs de risque particuliers. La
mortalité hospitalière par hémopathies malignes était estimée à 10,4‰ et leur létalité était élevée,
probablement à cause des difficultés de prise en charge et de représentations populaires
particulières de la maladie.
Des études prospectives prenant en compte les facteurs favorisant la survenue des hémopathies
malignes au Mali pourraient aider à la compréhension des particularités épidémiologiques
observées au cours de ce travail et à l’élaboration de stratégies de traitement et de prévention.

Laisser un commentaire