Sociologie

56 ans de l’indépendance du Mali : les regards croisés d’un jeune sociologue et de l’écrivain Seydou Badian Kouyaté

De 1960 à 2016, le Mali fête ses 56 ans d’indépendance. Une occasion pour les intellectuels maliens de s’exprimer sur le Mali sérieusement atteint dans son intégrité territoriale. Et pour cause des conflits des groupes armés au Nord du Mali précisément à Kidal qui se trouve hors de l’Etat malien. Si le jeune sociologue reste optimiste pour un nouveau décollage du pays, le doyen et le sage Seydou Badian Kouyaté déplore le changement négatif du comportement du peuple malien de 1960 à nos jours. A la loupe d’un sociologue malien, il faut une prise de conscience collective pour décoller.

« Le 56eme anniversaire de l’indépendance de la république du Mali vient d’être fêté hier jeudi 22 septembre 2016. Le pays a passé 8 ans de régime ”socialiste”, 23 ans avec un pouvoir militaire, et 25 ans de démocratie. Il ne faut pas intervertir l’ordre. La démocratie a-t-elle permis de préserver les fondamentaux de notre société que les autres modes de gestion ci – dessus cités. Les structures sociales actuelles que les fils et les filles du pays ont héritées leur permettent- elles d’avoir une position honorable dans le concert des nations. Évitons les faux fuyants » déclare –t-il. Poursuivant son intervention Bourama Siaka Traoré professeur en sociologie s’interroge ainsi : «  Qu’est-ce-que chacun d’entre nous a réellement posé comme acte? Nous pensons que la situation actuelle du Mali n’est que la résultante des efforts, comportements que les maliens ont eu à accomplir au cours de cette petite période de la vie de la nation. Nous sommes tout de même convaincus qu’il est encore possible de changer les choses. Il existe toujours des hommes et des femmes de valeur dans notre pays. Nous souhaitons que ce 22 septembre puisse être l’année de prise de conscience collective permettant le décollage d’un Mali meilleur ». Si le jeune sociologue est optimiste pour un Mali meilleur à travers une prise de conscience collective, Seydou Badian Kouyaté l’écrivain malien est déçu du comportement des maliens d’aujourd’hui. Selon le doyen les maliens ont troqué leurs conscience contre l’argent. Dans le journaldumali, un journal en ligne au Mali, il déclare ainsi : « D’abord, aujourd’hui le Malien ne travaille plus, la morale a changé et tout le monde court derrière l’argent qui semble remplacer la foi que nous avions dans nous-mêmes. Aujourd’hui, si tu n’as rien, tu n’es rien. Le président Modibo n’a laissé que 300 000 francs d’héritage. L’argent n’était pas la valeur suprême, comme il l’est tristement aujourd’hui. Il n’était pas question pour nous d’être nous-mêmes quand un morceau du Mali n’était pas sous notre contrôle » déclare –t-il.
A suivre…

Modibo Fofana, journaliste scientifique

Laisser un commentaire