A la une, Economie, LES BREVES

Zone Franc CFA : Existe-t-il une réelle possibilité de confusion entre inflation et déflation ?

Le 28 mars 2019, Bruno Le Maire, ministre français des Finances, a indiqué que l’un des avantages de la zone Franc est la «stabilité des prix et donc la maîtrise de l’inflation». C’était à l’issue de la réunion, à Paris, avec les ministres des Finances des 14 pays africains membres de l’Union monétaire. En réaction à cette déclaration, le Professeur Kako Nubupko, macroéconomiste togolais indique que Bruno Le Maire confond une « faible inflation et la déflation ». Une controverse qui n’a pas échappé à la vigilance de l’économiste malien Dr Lamine  Keita. Il analyse les critiques et propositions du Prof Kako.

Il ne faut pas confondre, expose Prof Kako, une faible inflation (hausse des prix) avec la déflation qui est une situation dans laquelle les ménages sont trop pauvres pour pouvoir consommer. Ce qui fait que les entreprises n’arrivent pas à vendre leurs produits et cela fait chuter les prix. Elles ne peuvent donc pas embaucher de nouveaux travailleurs et engendrer de nouveaux revenus dans l’économie. S’ils n’existent pas, ces revenus ne pourront évidemment pas créer la demande. Aussi, le Professeur Kako établit que les Banques Centrales des pays de la zone Franc sont plus rigoureuses que la Banque Centrale Européenne.

La déflation dans la zone Franc ou une inflation impossible …

Pour Dr Keita, avant de parler d’ «inflation ou de déflation» dans les pays de la zone Franc, il convient de savoir que ces pays africains, au-delà du « langage sophistiqué » des experts, achètent en réalité leur monnaie FCFA auprès de la France. Ces FCFA achetés, indique Dr Keita, sont alors transportés dans les Banques centrales des deux zones en Afrique de l’Ouest et du Centre. « Il s’ensuit que ces pays africains sont dans un système de troc déguisé où il n’y a pas de risque inflationniste lié à une offre immodérée de la monnaie », révèle l’économiste.

Selon le chercheur, même si l’inflation est impossible, il convient de relever que la hausse des prix reste envisageable dans l’économie de ces pays africains. En effet, explique-t-il, un afflux abondant de FCFA dans l’économie des pays utilisateurs du FCFA, consécutif à une explosion des recettes d’exportations, peut constituer une voie par laquelle l’inflation extérieure est importée à travers l’importation des produits étrangers. La hausse des prix, dans ces conditions, reste possible dans la zone Franc, sans résulter des décisions laxistes d’un éventuel organe chargé d’alimenter librement l’économie nationale en monnaie fiduciaire.

Une déflation que le Professeur Kako confond avec l’inflation

Aux dires du Dr Keita, le Ministre Bruno Le Maire ainsi que le Professeur Kako se trouvent dans la même confusion. Car, ils  considèrent comme inflation ce qui n’est que déflation. Ainsi, l’un comme l’autre assistent, sans le savoir, à une hausse insuffisante des prix, ce qui signifie bien une baisse des prix, qu’ils finissent par confondre avec une hausse des prix.

Télécharger l’analyse intégrale

Jstm.org

Laisser un commentaire