A la une, Santé

VIH/SIDA: Une étude révèle un taux «élevé» d’affection au prurigo chez les séropositifs au Mali

Des chercheurs du Centre national d’appui à la Lutte contre la Maladie (CNAM), de la Faculté de médecine et d’Odontostomatologie, du Service des Maladies Infectieuses, CHU du Point G et du Service de dermatologie-Vénéréologie de hôpital Fousseyni N’Daou de Kayes (HFDK) ont mené une étude sur les «Aspects épidémiologiques et cliniques du prurigo chez les personnes vivant avec le VIH à l’hôpital Fousseyni N’Daou de Kayes, Mali». L’étude a été publiée dans la revue MALI  MEDICAL 2018 TOME XXXIII N°2

Le prurigo, indiquent les chercheurs, est l’une des affections dermatologiques les plus fréquentes au cours de l’infection à VIH et du sida. Il apparait comme un marqueur de l’immunodépression associée à l’infection VIH. L’objectif de l’étude était donc double: déterminer la prévalence du prurigo chez les personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (PVVIH) à l’hôpital Fousseyni N’Daou de Kayes (HFDK) et décrire le profil sociodémographique des patients et les lésions associées au prurigo chez les PVVIH à HFDK.

Lire aussi – IST/VIH: une étude révèle le comportement sexuel des adolescents au Mali

Le prurigo, définit l’équipe de chercheurs, est comme une dermatose prurigineuse de types papulo-vésiculeux associée à des lésions de grattage, d’excoriation linéaire, de lichénification ou de macules hyper pigmentées cicatricielles. Les variables sociodémographiques et cliniques ont été collectées à partir d’une fiche d’enquête élaborée par les chercheurs eux-mêmes. L’étude prospective, transversale et descriptive a été menée par Yamoussa Karabinta et ses collègues du 1 janvier au 31 août 2015. Tous les cas de prurigo chez les personnes vivant avec le VIH (PvHIV) âgées d’au moins 15 ans quel que soit le sexe ont été inclus après un consentement verbal libre et éclairé. Le traitement et l’analyse statistique des données ont été réalisés à l’aide du logiciel EPI INFO 6.04.

Lire aussi – Top 10 des médicaments les plus chers au monde en 2017

Prévalence et profil sociodémographique…

Au cours de leur étude, les chercheurs ont découvert 121 cas de prurigo sur un total de 351 PVVIH âgés de 15 ans. Soit une prévalence hospitalière de 14,26%. Un résultat inférieur à ceux  observés au Togo et au Benin où une prévalence respective de 33,3% et 48% a été rapporté. Cette différence de résultat, estiment les chercheurs, pourrait s’expliquer par la durée et la population d’étude. Aussi, de l’étude, il ressort que le sexe féminin a représenté 62,5%, l’âge moyen a été de 34,8 ans. La tranche d’âge de 25-34 ans a représenté 38 % des cas, les Femmes au foyer ont représenté 55,3% des cas, les cultivateurs 16%, les fonctionnaires 13%, les commerçants 10% et les autres professions 5,7%.

@mamadou_togola

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis le Red Chef du Journal Scientifique et Technique du Mali. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire