Agriculture, Recherche et innovation, vedette

Trempage de semences: une technique de semis conseillée par l’IER

Elle permet à un agriculteur de doubler son rendement annuel. Surtout avec un peu d’engrais. Avec le trempage de semences, le Mali se dirige vers l’autosuffisance alimentaire, selon Dr Adama Coulibaly, agronome physiologiste.

«Si la technique de trempage de semences est adoptée par la moitié des paysans maliens, le surplus de production pourrait dégager, annuellement, 96 milliards de FCFA», a indiqué Dr Coulibaly, dans un exposé sur le sujet. Une technique qui fait partie du programme d’adaptation au changement climatique des paysans.

L’importance de cette technique réside dans la non-viabilité de certaines graines. Cela peut être la cause d’un échec lors du semis. Les graines peuvent être mortes parce que non fertilisées lors du processus naturel ou bien lorsqu’elles sont trop âgées ou encore lorsqu’elles ont été mal conservées avant le semis. Il faut savoir aussi que la durée de vie d’une graine est très variable, dépendant de l’espèce et de la technique de conservation. Certaines graines ont une durée de vie très courte, d’autres plusieurs années.

Le trempage de semences consiste à tremper les graines dans l’eau avant le semis. Cependant, il obéit à un processus bien défini. Il faut d’abord tamiser la semence afin de séparer les bonnes graines des mauvaises. Ensuite, les graines sont trempées dans l’eau. La durée dépend de la culture vivrière. Il faut compter 08 heures pour le riz, 12 heures pour le maïs et 3 à 4 heures pour l’arachide, le niébé et le sésame.

Les grains flottants sont éliminés. Enfin, le reste est étalé au soleil pendant deux heures minimum. Cultivées dans ces conditions, assurent les experts, les semences qui habituellement font quatre jours lèvent de terre en, seulement, 24 heures. Le taux de germination et la rapidité de levée sont déterminés par la température moyenne.

Effets du trempage des semences et d’apport de microdoses d’engrais sur le rendement du sorgho

En terme d’avantages, l’Institut d’Economie Rurale assure que la technique de trempage permet d’améliorer: l’établissement des cultures en réduisant le temps d’émergence des plants du sol; le rendement des cultures mil et sorgho de 20 à 50%; l’effet des microdoses d’engrais sur la culture; l’efficacité d’utilisation de l’engrais de 20 à plus de 50 kg de grain par kg d’engrais et le rapport valeur de la production sur coût de la production.

Mamadou TOGOLA

1 Comment

  1. C’est une vraiment une initiative à encouragé, l’État pauvre, l’administration corrompu ne parviennent pas à doté une bonne politique efficace.

Laisser un commentaire