A la une, Santé

Tabagisme au Mali : Saviez-vous que près 20% des élèves et étudiants sont des fumeurs ?

La consommation du tabac constitue  l’un des plus grands désastres de santé publique dans le monde. Malgré ces effets néfastes sur la vie des fumeurs et des non-fumeurs, sa consommation  n’a cessé de croître ces dernières années.

Le tabagisme est une intoxication aiguë ou chronique par le tabac pouvant entraîner de graves complications pour la santé.  Quant au  tabac, c’est une plante herbacée appartenant à la famille des solanacées, cultivée pour ses feuilles riches en nicotine. Une substance alcaloïde psychotrope classée parmi les substances stupéfiantes créant une dépendance à long terme.

Le tabac tue plus de gens que l’alcool, le SIDA, les accidents de la circulation, les drogues illégales, les meurtres et les suicides selon un rapport de l’Union Africaine . Ces dix dernières années, les pays en développement notamment ceux du continent africain ont fait l’objet d’une attention particulière de la part de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à la suite d’une augmentation durable de la prévalence du tabagisme. Cette augmentation selon le rapport de l’Union Africaine sur l’incidence du tabagisme sur la santé et le développement socio-économique en Afrique est due principalement à la volonté de l’industrie du tabac de créer de nouveaux marchés dans le monde en développement.

Lire aussi – Cannabis médical : quels sont ses bienfaits sur la santé ?

Exportation et importation du tabac au Mali

Selon la thèse de Rolyff Keith Awore Adjatin en 2013, les importations de cigarettes contenant du tabac au Mali s’élevaient à 13 milliards de FCFA en 2009, et de 20 milliards de FCFA en 2011, soit un taux d’augmentation de 67%. Le  Mali produit 500 tonnes de tabac brut par an, poursuit M. Adjatin. Une consommation qui cache bien un malaise social. Car, selon le Consortium pour la Recherche Economique et Sociale (CRES), les ménages défavorisés hébergent davantage de fumeurs que les ménages non pauvres au Mali.

Les exportations connaissent néanmoins une baisse de nos
jours; pour la cigarette contenant du tabac par exemple, elles s’élevaient à 164 millions de FCFA en 2009 et seulement à 94 millions de FCFA en 2011 rapporte la thèse de M. Adjatin.

La Société nationale des tabacs et allumettes au Mali (SONATAM) est implantée depuis 1965 dans le pays et contribue à la fabrication. La SONATAM détient aussi le monopôle de l’importation et de l’exportation des produits industriels du tabac. Cependant, sa part est estimée à 75% du marché national du tabac, étant donné la contrebande et la fraude à qui les 25% restant reviennent. Elle contribuerait à hauteur de 10 milliards de FCFA par an, au titre des impôts et taxes, des frais de douanes ainsi qu’à une masse salariale d’un milliard de FCFA ressort de l’étude de Rolyff Keith Awore Adjatin.

Le tabagisme…un phénomène mondial

Au Mali, une enquête  menée par l’association de lutte contre le tabac, l’alcool et autres stupéfiants (ALUTAS Mali) sur le tabac et la pauvreté avait rapporté en novembre 2010 que 19,1% des élèves et étudiants fumaient. Toutefois, ce chiffre ne détermine pas le nombre exact des personnes concernées par le tabagisme au Mali.

Le tabac est la deuxième cause de décès dans le monde entraînant la mort de près de cinq millions de personnes annuellement  soit 3% de la mortalité sur le continent africain.  Dans le monde, les estimations démontrent que ces chiffres iront en croissance dans les prochaines années. Le nombre de décès prématurés atteindra neuf millions par année d’ici 2020 si la tendance actuelle se maintient. Les évaluations font aujourd’hui état de 1,25 milliards de fumeurs dans le monde, soit environ un tiers de la population mondiale âgée de plus de quinze ans.

Lire aussi – Mali: 7 médicaments traditionnels améliorés recommandés par le ministère de la Santé

Quelles conséquences néfastes du tabac sur les fumeurs ?

Selon le rapport de l’Union Africaine susmentionné, les conséquences générales des produits du tabac sur la santé, en Afrique comme partout dans le monde, incluent les cancers du poumon, les maladies cardio-vasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies respiratoires et d’autres maladies liées au tabac. Il a des effets nocifs sur la santé quasi-totalité des organes du corps humain. Il est aussi à la source de bronchites, d’asthme et d’autres pathologies respiratoires ainsi que de la stérilité. Les effets nocifs du tabac ne se limitent pas aux seuls fumeurs.

 Il a également  des conséquences sur l’état de santé des non-fumeurs. Les personnes exposées à la fumée secondaire présentent également un risque élevé de cancer du poumon et de la maladie coronarienne, ainsi que d’autres problèmes de santé chroniques ressort du rapport. Pourtant l’Article 14 de la loi sur le tabac interdit à toute personne d’exposer une autre personne à la fumée du tabac en
dehors des emplacements réservés aux fumeurs. Cependant, même dans les véhicules de transports en commun, il est aisé de voir les apprentis fumés en présence des usagers à chaque fois qu’ils ressentent le besoin.

Lire aussi – Intrants agricoles: quels effets sur la santé des agriculteurs?

La lutte antitabac dans le monde

Ces dernières années, la communauté mondiale s’est fermement engagée dans la lutte antitabac, en particulier dans le contexte de la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT). C’est le premier traité international en matière de santé. La convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac signée par 168 Etats  reconnait aussi que l’exposition à la fumée du tabac a des conséquences sur la santé des personnes. Ce traité  a été ouvert à la signature du 16 au 22 juin 2003 à Genève, puis du 30 juin 2003 au 29 juin 2004 à New York, au siège de
l’ONU.

En Afrique, cet engagement a été réaffirmé au niveau national, régional mais selon le rapport de l’Union africaine, ces mesures de lutte antitabac restent inégales et incohérentes. La production du tabac augmente sur le continent et plusieurs pays tirent leurs revenus de la culture du tabac et de son exportation.

Au Mali, cette convention mise en chantier en 1999 a été adoptée  en 2003. Pour le Consortium pour la Recherche Economique et Sociale, si l’absence d’une instance nationale de coordination de la lutte antitabac explique l’absence de données exhaustives pour étayer l’ampleur, les principales victimes économiques et sanitaires du tabac sont les petits cultivateurs et leurs familles aggravant ainsi leur paupérisation.

Hadjiratou Maïga

Laisser un commentaire