A la une, Santé

Santé de la reproduction: Au Mali 52% des femmes enceintes avaient le paludisme en 2017, ce n’est pas tout…

Les femmes enceintes rencontrent différents parasites au cours de la grossesse. Certains  mettent en cause le déroulement et la durée de la gestation exposant ainsi  le fœtus. Quels sont ces parasites que les femmes enceintes combattent? JSTM a rencontré le Dr Berthé Mamadou, spécialiste en santé de la reproduction à la Direction Nationale de la Santé.

Au cours d’une grossesse, les femmes peuvent attraper plusieurs bactéries dont celles du paludisme et de la trypanosomose. « Certaines parasitoses sont graves, comme le paludisme, alors que les vers intestinaux sont habituellement assez bénins», affirme Dr Berthé. Le paludisme est dû à un parasite sanguin, le Plasmodium, transmis par un moustique, l’anophèle femelle. Après multiplication dans les hépatocytes (cellules), le protozoaire passe dans la circulation et se multiplie dans les hématies. Ainsi, les conséquences peuvent être différentes s’il s’agit d’une femme «immunisée» ou non.

Le risque le plus important en zone tropicale comme le Mali est le paludisme. Chaque année, il y a environ 300 millions de malades, dont 1 à 2 millions qui en décèdent, principalement des enfants dans le monde. Au Mali, 52% des femmes enceintes testées avaient le paludisme selon l’annuaire statistique de 2017, a laissé entendre Dr Berthé.

Le Mali faisant partir des pays endémiques du paludisme, au  cours de la grossesse, la prévalence et l’intensité de la maladie augmentent dans les premières semaines. Les accès fébriles peuvent provoquer un avortement au début ou un accouchement prématuré en fin de grossesse, souligne le spécialiste. C’est essentiellement en cas de paludisme contracté en fin de grossesse que peut survenir une infestation du fœtus à l’origine du paludisme congénital (10 %). En l’absence d’un diagnostic et d’un traitement rapide, le pronostic réservé pour la mère et le fœtus peut être rapidement fatale, explique-t-il.

Hormis le paludisme, il existe d’autres parasites qu’atteignent les femmes enceintes  comme la trypanosomose. Appelée trypanosomose humaine africaine, cette maladie est une affection due à un flagellé, trypanosoma gambiense en Afrique de l’ouest transmis par la glossine, ou le «mouche tsé-tsé». Non traitée, chez la femme enceinte en raison d’une atteinte subclinique, des avortements peuvent survenir soit 10 à 30 % des cas.

Toutefois, il ajoute que les autres parasitoses que rencontrent les femmes enceintes sont plus bénignes. La plupart des médicaments antiparasitaires actuels sont bien tolérés chez elles. Ils sont rarement urgents et le traitement peut souvent être différé. Cependant, selon Dr Berthé Mamadou parmi tous les parasites qu’elles font face au cours d’une grossesse, le paludisme est l’affection parasitaire la plus fréquente et la plus grave d’où l’importance de le prévenir.

@Hadjiratou_Maïga

Laisser un commentaire