A la une, Santé

Produits laitiers au Mali: 44,5% de non-conformité selon le LNS

La France et des pays ouest-africains dont le Mali sont en alerte depuis deux mois. Du lait infantile, fabriqué par la société française Lactalis, est contaminé à la salmonelle. Une bactérie qui cause des intoxications alimentaires. Dans une étude antérieure à cette affaire, des chercheurs du Laboratoire National de la Santé au Mali avaient fait des découvertes alarmantes. Les résultats de leurs analyses sur les produits laitiers sont inquiétants.

Des chercheurs du Laboratoire National de la Santé (LNS) ont mené une étude sur la qualité de certains aliments consommés à Bamako. Des analyses microbiologiques et physico-chimiques ont été effectuées par l’équipe de chercheurs dirigée par  Dr Tidiane DIALLO, Maître Assistant en Toxicologie, à la  Faculté de Pharmacie. Il s’agit, indiquent les chercheurs, d’une étude rétrospective basée sur le contrôle de la qualité des aliments durant le 1er semestre 2017. Elle se déroule au Service Contrôle de la qualité des Aliments et Boissons du LNS.  Publiée sous le titre «Profil du contrôle de la qualité des aliments au Laboratoire National de la Santé, Bamako- Mali», l’étude a été présentée au 1er Salon des Sciences et des Technologies de Bamako (SASCITECH). C’était en décembre dernier.

Lire aussi – Produits maraîchers cultivés à Bamako: des chercheurs détectent des « métaux lourds et des résidus de pesticides »

Des résultats alarmants

Entre autres bactéries dans les aliments, les chercheurs ont découvert: les Staphylocoques; l’Escherichia Coli ou encore les Salmonelles, en plus des levures et moisissures. Sur 92 produits laitiers et similaires, 41 étaient jugés non-conformes par les chercheurs. Soit 44,5% de non-conformité. Ainsi le lait caillé et le Yaourt étaient les plus contaminés suivis du lait en poudre. Pour les deux types de produits, les chercheurs évoquent respectivement le «taux de coliformes totaux et thermo-tolérants supérieurs aux critères», «taux de matière grasse inférieur aux critères». Les produits sur lesquels les chercheurs n’ont décelé aucun problème étaient dans la mayonnaise et le lait concentré non sucré.

Au terme de leur étude, les chercheurs recommandent une «synergie d’action entre tous les acteurs de la chaine alimentaire» pour une meilleure sécurité des aliments au Mali.

@mamadou_togola

Mamadou TOGOLA est journaliste depuis janvier 2012. Il a fait ses débuts au Canard Déchaîné, à l’époque un quotidien. Après cinq ans d'expérience, Il rejoint le Journal Scientifique et Technique du Mali (jstm.org) où il occupe le poste de Rédacteur en Chef. Il écrit également pour le site ww.maliweb.net. Mamadou TOGOLA est titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Laisser un commentaire