A la une, Santé

Pratique du sport: un impact (très) positif sur le diabète de type 2

Une thèse soutenue, en 2009, à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie de Bamako, par l’étudiante camerounaise Kengne Tenkeu Ghislaine Elvire révèle les avantages d’une pratique régulière d’activités physiques sur le diabète de type 2. C’était sous la direction du Professeur en Physiologie, Mamadou Koné.

L’étude, une des premières sur ce thème au Mali, s’est déroulée à la clinique le Serment, à Lafiabougou du 1er juin  au 30 juillet 2009. Il s’agissait d’une étude transversale à passage unique. Au cours de l’étude, la doctorante a été confrontée à un certain nombre de difficultés. Elle cite: le recrutement des patients. «Il était très difficile pour nous de convaincre les patients de faire partie de l’étude», explique l’étudiante.

Autre difficulté évoquée, les moyens financiers, surtout le transport. Aussi la chercheuse, cite l’abandon comme étant l’une de ses principales difficultés. Les patients, relève-t-elle, ont abandonné l’étude pour les raisons suivantes problème de déplacement, manque de temps, manque de volonté. Au final sur les 11 patients qui ont accepté de faire partie de l’équipe, seulement 6 ont terminé le programme. Il faut souligner que 72,7% des patients étaient en surpoids

A la fin de l’étude, la doctorante a constaté qu’après une semaine d’activité physique régulière, la glycémie au repos avait baissé en moyenne de 0,11 g/l (10,08 %) sauf chez un patient où il y avait un ressaut de la glycémie à 1,8 g/l. ce ressaut pourrait s’expliquer par le régime, l’observance du traitement médicamenteux et le type d’organisme. Après 6 semaines d’entraînement la glycémie au repos avait chuté en moyenne de 0,38 g/l soit 33,33%. En conclusion, écrit Elvire, ceci nous permet de penser qu’effectivement l’activité physique améliore la tolérance de l’organisme en glucose, donc le substrat est suffisamment mobilisé pour être stocké dans les tissus (musculaire et hépatique).

Télécharger ici l’intégralité de la thèse

@mamadou_togola

Mamadou TOGOLA est journaliste depuis janvier 2012. Il a fait ses débuts au Canard Déchaîné, à l’époque un quotidien. Après cinq ans d'expérience, Il rejoint le Journal Scientifique et Technique du Mali (jstm.org) où il occupe le poste de Rédacteur en Chef. Il écrit également pour le site ww.maliweb.net. Mamadou TOGOLA est titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Laisser un commentaire