A la une, Biographie, Environnement

Pr Youba Sokona, membre de l’Académie Africaine des Sciences (parcours)

Élu, en 2018, membre de l’Académie Africaine des Sciences, le Malien Youba Sokona se bat depuis plus de 40 ans pour le développement de l’Afrique par les Africains, avec son concept ‘’ Development Fisrt ’’. Suite au portrait que nous avons fait de lui, le chercheur nous a fait parvenir une biographie plus récente de lui. JSTM s’est efforcé de traduire le document (en anglais) qui retrace le parcours de l’éminent chercheur.

Le Professeur Youba Sokona est, actuellement,  Conseiller spécial en développement durable au South Centre. Auparavant, il a fait ses preuves en matière de direction et de gestion organisationnelle, par exemple en tant que coordonnateur inaugural du Centre africain pour les politiques climatiques (CAPC) et en tant que secrétaire exécutif de l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS). Les conseils du Dr Sokona sont très recherchés. À ce titre, il est affilié à de nombreux conseils et organisations, notamment en tant que membre du conseil d’administration de l’Institute of Development Studies, professeur honoraire à l’University College London (UCL), membre du Comité consultatif scientifique de l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués (IIASA), membre du comité directeur du Système mondial d’observation du climat et conseiller spécial du Groupe des leaders africains de l’énergie. En bref, le professeur Sokona est une figure mondiale dotée de connaissances techniques approfondies, d’une vaste expérience des politiques et d’un engagement personnel sans réserve envers un développement conduit par les Africains.

Au cours d’une carrière de plus de 4 décennies, les réalisations scientifiques du professeur Sokona s’articulent autour de la relation entre les systèmes d’énergie et d’eau appliqués au développement en Afrique, dans le respect des contraintes écologiques et climatiques. Tout au long de sa carrière, il a dirigé de nombreuses initiatives et organisations ayant pour mission d’explorer le lien entre la nourriture, l’eau et l’énergie dans le contexte du développement durable. Le professeur Sokona a participé activement à la recherche et à la pratique de ce «lien», bien avant que la nécessité d’appliquer la pensée systémique ne soit entrée dans le programme de recherche mondial. Il a publié de nombreux ouvrages dans ce domaine et a dirigé des équipes de recherche de premier plan, définissant un programme de recherche de pointe et apportant des contributions novatrices dans les domaines de l’évaluation, des pratiques et des politiques en matière de durabilité.

Lire aussi – Youba Sokona, le scientifique malien qui « veille » sur la température du monde

L’un des principaux penseurs africains dans le déploiement de plusieurs disciplines vers des solutions durables, le Professeur Sokona a travaillé en étroite collaboration avec l’industrie et les organisations non gouvernementales dans un esprit de coproduction de connaissances et de données factuelles pour la formulation des politiques. Cela témoigne de sa profonde conviction quant à la nécessité de compléter les interventions techniques par des évaluations des préférences sociales et de l’acceptabilité culturelle des solutions proposées. C’est peut-être une vision dominante aujourd’hui, mais il a fallu le travail acharné et l’imagination de personnes novatrices prêtes à tester de nouvelles façons de «penser» et de fusionner les connaissances de différentes disciplines. Le professeur Sokona est l’un de ces pionniers, formé en tant qu’ingénieur mais déterminé à rompre avec la «mentalité de silo» qui affecte souvent les universitaires / chercheurs en choisissant de travailler dans plusieurs disciplines. Cette philosophie a façonné ses travaux sur la durabilité et l’approche systémique, et a permis à ses travaux d’être très diversifiés en termes de portée sectorielle et de profondeur méthodologique. Alors que la contribution du professeur Sokona au monde de la recherche et de la pratique (axée sur l’Afrique) est large et profonde, voici quelques domaines spécifiques sur lesquels il a accentué ses recherches:

  • Les recherches scientifiques du professeur Sokona ont débuté dans le domaine de l’hydrologie et du secteur de l’énergie. Doctorant à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris et à l’Université Pierre et Marie Curie, il a travaillé sur une recherche innovante modélisant le comportement de la rivière Manantali (prenant un profil de risque multiple) et calculant la puissance générée et délivrée sur le long terme, en tenant compte de la sédimentation, de la variabilité climatique et de la dépréciation du barrage dans le temps. Ces travaux ont directement contribué à la planification et à la construction du barrage de Manatali. Cela montre que, dès le début, le professeur Sokona était intéressé par des recherches qui contribuent aux résultats du développement.
  • Le professeur Sokona a été l’un des pionniers de la modélisation énergétique basée sur l’utilisation finale en tant qu’outil précieux pour la planification énergétique. Il a joué un rôle déterminant dans les débuts du développement, des tests et du déploiement des divers outils de planification énergétique. La clé de son travail dans cette recherche est la nécessité que les outils de planification soient pertinents pour le contexte. Alors qu’il dirigeait le programme énergétique d’ENDA (Action pour le développement de l’environnement dans le tiers monde) à la fin des années 80 et dans les années 90, il a lancé un programme de recherche et de formation multi-pays dans le domaine de la planification énergétique basée sur l’utilisation finale. Nombre de personnes travaillant dans le domaine de l’énergie en Afrique considèrent ce programme comme un programme pionnier, qui a obligé les chercheurs et les planificateurs à se lancer dans la construction de connaissances sur l’énergie. Ce travail est en partie, à l’origine, de la recherche pour le développement du Système de planification des alternatives énergétiques à long terme (LEAP), un logiciel pour l’analyse des politiques énergétiques et l’évaluation de l’atténuation du changement climatique développé par le Stockholm Environment Institute. LEAP a été adopté par des milliers d’organisations dans plus de 190 pays à travers le monde et plus de 30 pays ont utilisé LEAP pour créer des scénarios d’énergie et d’émissions qui ont servi de base à leurs contributions prévues déterminées au niveau national sur le changement climatique (CPDN): fondement historique de l’Accord sur le climat.

Lire aussi – Climat: Seyni Nafo gravit une nouvelle marche

  • Le professeur Sokona a été l’un des pionniers de l’évaluation des lacunes en matière de recherche sur la question de la désertification et du changement climatique. Alors qu’il était secrétaire exécutif de l’Observatoire du Sahara et du Sahel entre 2004 et 2010, il a dirigé plusieurs études sous-régionales qui ont fourni des preuves sur les liens entre la désertification, la biodiversité et le changement climatique. Les résultats de ces études ont fourni des recommandations de politiques à plusieurs pays africains (du Nord et du Sahel) pour l’intégration de l’adaptation au climat des ministères sectoriels et la planification intersectorielle.
  • Durant son mandat de coordinateur fondateur du Centre africain pour la politique climatique (CAPC)), le professeur Sokona a dirigé de nombreuses études sur l’atténuation du climat, le financement du climat, les données climatologiques et les services climatologiques. La plupart d’entre elles ont été publiées sous forme de séries de documents de travail et d’articles de revues. Dans tous ces documents, le professeur Sokona a présenté la philosophie de travail de ‘’Development First’’, qui veut que le développement soit la priorité stratégique des pays d’Afrique, mais que le financement de la lutte contre le changement climatique et le transfert de technologie servent de moyen d’atteindre le développement et d’assurer la subsistance. L’objectif étant que, pour les entités africaines, le développement soit considéré comme la principale motivation de l’action et que le climat soit un avantage commun.
  • Le professeur Sokona a été très actif tout au long de l’histoire du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), jouant progressivement un rôle de premier plan en tant qu’auteur principal dans les quatre premiers rapports d’évaluation, puis en qualité de coprésident du groupe de travail 3 sur l’atténuation lors de la cinquième évaluation de 2008 à 2014. En reconnaissance de son long et distingué service pour attirer l’attention du monde sur les défis (et les opportunités) liés au changement climatique, le professeur Sokona a été élu vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en octobre 2015.

Au cours de sa carrière, le professeur Sokona a publié plus de 100 articles, il a été plus de 9 500 selon Science Citation Index (SCI), et un indice H de 37. Parmi ses publications récentes, le document de politique énergétique sur « l’élargissement de l’accès à l’énergie ». Ce document est largement cité et considéré comme influent pour élargir le débat sur l’accès à l’énergie d’un point de vue strictement domestique à l’économie au sens large.

JSTM.ORG

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire