A la une, Santé

Paludisme: Voilà comment les moustiques survivent en zone sahélienne

Six chercheurs maliens ont pris part à une étude qui a percé une énigme vieille de plus de 60 ans. Comment les moustiques, dont la durée de vie n’excède pas 90 jours, arrivent à survivre dans le Sahel? Les chercheurs maliens ont collaboré avec l’Américain Tovi Lehmann du National Institutes of Health, National Institute of Allergy and Infectious Diseases et avec l’Argentine Cecilia Coscaron-Arias.

Quatre jours après la première pluie, une femelle de moustique, initialement capturée, marquée et relâchée à la fin de la saison humide précédente, a été recapturée. Ainsi, ce moustique aura survécu à la saison sèche qui dure sept à huit mois, dans cette zone. Comment est- ce possible sachant la durée de vie d’un moustique? L’étude a été réalisée à Thierola et alentours (Zanga, Bako) (13,40 ° N, 7,13 ° W) dans un petit village de 276 habitants, dans le Nord-Est de la région de Koulikoro. Elle a été publiée en 2010 par plusieurs revues spécialisées, sous le titre orignal «Aestivation of the African Malaria Mosquito, Anopheles gambiae in the Sahel».

Les chercheurs, dont Dr Alpha  Seydou Yaro, l’actuel Chef DER biologie à la FST, indiquent que les résultats de leur étude fournissent des preuves que le moustique Anopheles gambiae survit tout au long de la saison sèche. Cela, ajoutent les chercheurs, ouvre de nouvelles questions pour la recherche sur les moustiques et les parasites. Cette découverte améliore également de la «lutte antipaludique en ciblant les moustiques estivants». Dans l’étude, les chercheurs ont découvert que le moustique africain du paludisme, Anopheles gambiae, vit dans divers milieux, y compris dans les savanes sèches, où les eaux de surface nécessaires au développement larvaire sont absentes pendant 4 à 8 mois par an. La solution utilisée par le moustique était l’estivation (hibernation).

L’estivation, définissent les chercheurs, est un état récurrent de dormance estivale, caractérisée typiquement par une reproduction et / ou une croissance supprimées qui facilitent la survie dans des conditions difficiles. Les espèces de moustiques tempérés, reconnaissent les chercheurs, subissent couramment une diapause hivernale. Mais, poursuivent-ils, la diapause estivale était pratiquement inconnue chez les moustiques jusqu’alors.

A la fin de leur étude, les chercheurs émettent une réserve. Selon eux, l’estivation n’est peut-être pas la seule stratégie utilisée par les moustiques du paludisme pour survivre à la saison sèche dans les environnements arides. La contribution spécifique de l’estivation à la persistance des populations habitant les zones sèches tout au long de la saison sèche devrait être évaluée dans des études futures.

@mamadou_togola

Je suis journaliste depuis janvier 2012. Après cinq années au Canard Déchaîné, un hebdo d'informations générales, j'ai rejoint le Journal Scientifique et Technique du Mali. J'écris aussi pour le site maliweb.net et je suis titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Laisser un commentaire