A la une, Agriculture

Organisations Paysannes au Mali: une restructuration s’impose selon l’agroéconomiste Dr Ibrahima Samaké

L’agroéconomiste Dr Ibrahima Samaké a mené une étude sur la «Perception des Exploitants Agricoles sur la performance des Organisations Paysannes dans la région de Sikasso». L’étude a été présentée à la Journée de la Renaissance Scientifique de l’Afrique célébrée le 30 juin dernier.

L’amélioration de la gouvernance des sociétés coopératives est, selon Dr Samaké, un indicateur de résultat pour l’économie Malienne ainsi que le renforcement de capacités des paysans en matière de gestion coopérative. Cependant, souligne le chercheur, les Organisations Paysannes (OP) rencontrent d’énormes difficultés. Il s’agit entre autre de: la faiblesse des subventions de l’État et des collectivités; la mauvaise gestion des mouvements coopératifs; le non-remboursement des crédits internes au sein des sociétés coopératives; le manque de rigueur dans la création des sociétés coopératives et la non animation des cessions intensives.

L’objectif général de l’étude était d’analyser l’impact des Organisations Paysannes sur les exploitations agricoles familiales, par l’identification des mécanismes de leur fonctionnement et redynamisation. L’étude fut menée dans plusieurs villages dont sept du cercle de Sikasso, au sud du Mali. L’enquête a concerné 224 personnes dont 185 hommes (82,57%) et 39 femmes (17,43%). Les données ont été collectées en utilisant des questionnaires et guides d’entretiens.

Lire aussi – Trempage de semences: une technique de semis conseillée par l’IER

Exister pour l’engrais subventionné…

L’étude révèle des insuffisances au niveau de la gestion des coopératives. Les résultats obtenus montrent que 60% des enquêtés sont satisfaits, 39% peu satisfaits, et seulement 1% non satisfaits de la gestion des coopératives. 38% des enquêtés apprécient l’organisation à travers l’octroi des crédits pour les équipements. Selon 16% des enquêtés la prolifération des Organisations Paysannes s’explique à priori par les effets de la caution solidaire et le conflit de compétences entre les leaders de la même organisation.

La région de Sikasso est caractérisée par une dynamique des organisations paysannes de tout type. Cependant, assure le chercheur, force est de constater que la quasi‐totalité de ces organisations n’existent que de nom car mal structurées, sans appui. La plupart de ces organisations se sont constituées dans l’optique d’avoir des financements, surtout de l’engrais subventionné.

@mamadou

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis le Red Chef du Journal Scientifique et Technique du Mali. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire