Technologie

MonElu, le projet d’application malien qui met en contact les élus et les populations

Le projet MonElu est initié être une application web et mobile pour mettre en relation les maires et les populations dans le but d’accroitre la participation citoyenne et de renforcer la redevabilité des élus par l’utilisation des technologies web et mobiles. 

MonElu. C’est le nom du seul projet numérique malien sélectionné à participer au concours Connexions Citoyennes de Canal France Info (CFI). Selon son initiateur, Tidiani Togola, par ailleurs Fondateur et Directeur de la Fondation Tuwindi, une organisation spécialisée dans le suivi technologique dans le cadre de la gouvernance en Afrique, c’est une application qui met en contact les élus locaux et les citoyens.

L’idée, précise Tidiani, est de réussir à accroître la participation citoyenne dans les affaires publiques et à renforcer la redevabilité des élus. Par exemple, un habitant qui souhaite se plaindre a du mal à communiquer avec le maire de sa localité, MonElu permet de communiquer directement avec le maire.

Le projet a pris six mois pour finalement sortir avec l’application MonElu. Mais, nous avons commencé à travailler sur le projet depuis bien avant le concours de CFI parce nous avons constaté qu’il avait une sorte de fossé qui existait entre les élus et les administrés»,

ajoute Tidiani Togola.  L’application doit créer les conditions où les élus peuvent voir les messages des citoyens et d’y réagir directement.

Le programme de développement communal est supposé être participatif mais les populations se plaignent de ne pas être activement impliquées. A travers ce projet, tout citoyen peut proposer ses idées au maire mais aussi évaluer l’action de ce dernier pour enfin travailler en synergie avec lui,

détaille-t-il.

MonElu permettra de favoriser les échanges avec les élus via le Mobile et le Web à travers les textes et les messages vocaux. Selon Tidiani, ces derniers ont été intégrés parce que la société malienne est davantage orale.

Les communautés, explique-t-il, peuvent laisser des messages vocaux à l’endroit des élus et offrir des fonctionnalités de participation en termes de propositions d’idées. La plateforme Web offrira la possibilité de voir les meilleurs maires chaque mois, et d’afficher ceux qui ont travaillé mieux pour leurs communes, ceux qui sont redevables et ceux qui sont plus proches de leurs populations.

Ce sera aussi possible de voir les performances du maire, ses projets, ses interactions avec sa commune dans le cadre du développement communautaire.

Impact du projet

Tidiani Togola se dit très rassurant pour le projet. Pour cause, son organisation a fait une étude de faisabilité.

D’après les résultats de notre étude, il y a 98% des personnes interrogées sur 1 500 qui sont prêtes à utiliser l’application ,

rappelle-t-il. A propos des maires, sur 25 élus locaux interrogés dans le District de Bamako et dans certaines régions, il y avait le même engouement, selon Tidiani, qui précise que le projet va même s’étendre aux zones très éloignées.

Avec MonElu, nous voudrions avoir une nouvelle forme de participation citoyenne appelée la cyber-participation citoyenne où les élus deviendront plus proches et plus redevables et où tous les citoyens vont désormais participer de façon constructive,

envisage Tidiani.

Pour amplifier l’impact dans les mairies, il est prévu, selon l’initiateur du projet, une formation à l’endroit des maires.

Nous les assisterons également pendant tout le processus. Nous comptons aussi mettre en place un centre d’assistance pour appuyer les élus et les populations,

souligne Tidiani. Le centre va permettre à gérer les abus liés aux injures ou tout autre forme de manque de respect aux élus sur la plateforme.

Sékouba Konaré, Journaliste scientifique 

Laisser un commentaire