A la une, Santé

Mali: 7 médicaments traditionnels améliorés recommandés par le ministère de la Santé

Classés par le ministère de la Santé comme «essentiels », ces médicaments sont issus des plantes traditionnelles. Produits par l’Institut National de Recherche en Santé publique (INRSP), ils sont devenus une référence dans notre système de santé.

Le département médecine traditionnelle de l’Institut national de Recherche en Santé Publique a produit plusieurs médicaments en 50 ans. Sept ont été retenus comme « essentiels » à la santé publique par les autorités sanitaires. Ces médicaments sont le sirop Balembo, le Dysentherial, le Malarial, le Laxacassia, le Gastrosedal, l’Hepatisane, le Psorospermine Pommade.

Chacun de ces médicaments agit contre une maladie spécifique. Ainsi le sirop Balembo soigne la toux, aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte. Le Gastrosédal agit contre la gastrite et l’ulcèAre gastroduodénal; le Malarial lutte contre le paludisme et le syndrome grippal; l’Hépatisane un remède contre les troubles dyspeptiques comme la constipation; le dysenterial opère contre la dysenterie amibienne et la diarrhée; le laxacassia soigne la constipation et enfin le psorospermine est fabriqué contre les infections cutanées.

Ces médicaments sont testés et produits entièrement par le département médecine traditionnel de l’INRSP. Elaborés à partir de plantes issues du terroir, ces médicaments ont la particularité d’être efficaces et moins chers (entre 200 et 1200 fcfa) que ceux importés. C’est d’ailleurs la motivation des autorités à les classer dans le registre des médicaments essentiels.

On pourrait avoir du mal à le croire, mais au dire du Pr Rokia Sanogo,  chef du département médecine traditionnelle de l’INRSP, l’engouement pour ces médicaments est telle que la production de l’institut ne suffit plus à la demande. «Nous sommes en pourparlers avec la Pharmacie Populaire du Mali pour la production de 20.000 flacons de Balembo car la demande a explosé ces dernières années», indique-t-elle, avec le sourire aux lèvres.

Par ailleurs d’autres Médicaments Traditionnels Améliorés (MTA) s’apprêtent à enrichir la liste de la trentaine de médicaments de l’INRSP. Au nombre desquels, le GMP, un antirétroviral dont la recherche est financée par la Banque africaine de Développement l’année dernière.

Abdoulaye Alfadi Sidibé

Laisser un commentaire