A la une, Technologie

Limmorgal: Qu’est devenu le premier ordinateur made in Mali?

Baptisé ‘’Limmorgal’’, le premier ordinateur fabriqué au Mali a été lancé le 5 décembre 2013. A l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC). Depuis, aucune nouvelle. Le professeur Mamadou Diallo Iam, son concepteur, nous en donne des nouvelles.

«Notre environnement n’est pas technologiquement prêt». Pour le professeur Mamadou Diallo Iam, la principale difficulté pour les inventeurs au Mali se résume en cette phrase. La sentence est dure, reconnaît-il, mais c’est la réalité. Car, assure-t-il, pour avoir le moindre composant pour votre invention, il faut le commander à l’extérieur. Au final, votre invention que vous vouliez à moindre coût, revient encore plus chère.

A titre d’exemple, pour la conception de Limmorgal, une entreprise malienne a proposé 90 000 FCFA/pièce pour les écrans. Commandé à France, chaque écran coûte 100 000 FCFA y compris les frais de transport et les formalités douanières. «C’est dire que les rares entreprises que vous trouvez sur place, à mesure de produire ce que vous demandez, sont excessivement chères». Par conséquent, le Limmorgal, conçu pour rendre l’informatique accessible au Malien moyen,  n’a jamais été commercialisé.

Qu’est-ce que le limmorgal?

Limmorgal, calculateur en Peulh, est un ordinateur bon marché. Son prix de revient, jugé compétitif, était fixé à 171 000 FCFA. Sa consommation énergétique est 24 Watts contre 350 pour les ordinateurs ordinaires. La particularité de la machine, selon Pr Mamadou Diallo Iam, tient à son fonctionnement avec des logiciels libres notamment «Ubuntu». Le Limmorgal comprend une carte PC, un boîtier fixé à l’arrière qui contient la carte mère et les autres accessoires et terminaux de commande, un écran de type HDMI, une souris et un outil d’allumage de la machine. Son unité centrale est sur la carte PC et son disque dur est une carte SD de 8, 16, 32 ou 64 Go.

26 appareils ont été conçus et installés au groupe scolaire de Boulkassoumbougou. Ils ont fonctionné à l’énergie solaire depuis 2012. Mais les batteries des panneaux solaires sont en fin de vie. Cette année, l’école a eu des difficultés pour faire marcher les ordinateurs, nous informe Pr Diallo Iam. Le Limmorgal est d’une capacité d’un giga de RAM et d’une vitesse de processeur de 1,4 Gigahertz (GHz). Mais le Pr Diallo annonce la sortie prochaine d’une nouvelle version à 2 Gbits de RAM et cadencée à 2 GHz.

Mamadou TOGOLA

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis le Red Chef du Journal Scientifique et Technique du Mali. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire