Insolite

Les bienfaits du cannabis chez la souris âgée

Le cannabis augmenterait les performances cognitives des seniors… chez la souris. Le THC, la molécule active du cannabis, aurait un impact positif sur les performances cognitives de souris âgées.

Les effets du cannabis dépendent-ils de l’âge? L’équipe d’Andreas Zimmer, de l’université de Bonn, a étudié l’impact de faibles doses de tétrahydrocannabinol (THC), la substance active du cannabis, sur les performances cognitives de souris jeunes et adultes.

Les chercheurs ont comparé le temps mis par des souris pour trouver un abri dans un labyrinthe plein d’eau. Les souris adultes mettaient plus de temps que les jeunes. Cependant, des souris adultes traitées avec du THC voyaient leurs performances s’améliorer au point de rivaliser avec les jeunes. A l’inverse, le THC diminue les performances cognitives des jeunes souris, comme on l’observe aussi chez les jeunes humains.

Chez les souris âgées traitées au THC, les chercheurs ont noté que les neurones de l’hippocampe, une zone cruciale de l’apprentissage, avaient plus d’épines dendritiques (les zones de contact avec d’autres neurones).

Le THC serait-il ainsi un remède anti-âge chez l’homme? Difficile à dire pour le moment. Les chercheurs se sont jusqu’à présent focalisés sur l’impact du cannabis chez les jeunes, et ont peu étudié ses effets chez les personnes âgées. L’équipe d’Andreas Zimmer envisage de combler ces lacunes.

L’effet nocif du cannabis sur les aptitudes cognitives des jeunes, en revanche, se confirme. Une nouvelle étude renforce l’idée que sa consommation précoce, avant 17 ans, influe sur le niveau d’études atteint par la suite. La plupart des travaux sur ce lien ne prenaient pas en compte de nombreux autres facteurs susceptibles d’influer sur la consommation précoce de cannabis (contexte familial, difficultés scolaires, etc.). En s’affranchissant de ces biais et en suivant plus de 1 100 personnes, Maria Melchior, de l’institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique (Inserm, université Pierre-et-Marie-Curie), et ses collègues ont montré que « la consommation précoce de cannabis peut induire des difficultés scolaires, se traduisant à terme par un niveau d’études inférieur à celui obtenu par des jeunes non consommateurs, et ceci quel que soit le milieu social considéré et les difficultés psychologiques ou scolaires des jeunes ».

pourlascience.fr

Laisser un commentaire