Agriculture

Le placement Profond de l’Urée (PPU) ou « Bonboni », récolter plus de riz avec moins d’engrais tout en protégeant notre environnement.

Elle est une nouvelle technologie promue par le Centre International pour le Développement des Engrais IFDC, il y’a de cela 35 ans. Le placement profond de l’Urée permet de réduire presque la moitié de la quantité d’engrais utilisée au Mali. En maitrise d’eau pour la culture du riz, il faut juste 113 Kg de granules pour un hectare contre 200 Kg d’urée ordinaire en pratique paysanne.

Le placement profond de l’urée consiste à enfouir un granule d’urée compactée de 1,8 g à l’aide d’une machine granuleuse, entre quatre plants de riz à 7 ou 10cm de profondeur une semaine après le repiquage. L’enfouissement peut se faire également à la main.
Selon les scientifiques, l’azote est un élément nutritif pour les plantes des céréales, favorisant ainsi la rentabilité en termes de récolte en général, et plus particulièrement du riz. Cependant, cet élément est très mobile dans les sols et se perd facilement, entrainant des problèmes de pollution de l’air, des eaux de surface et des nappes phréatiques. C’est pourquoi, le placement profond de l’urée est considéré comme la solution à cette problématique.
Ce projet financé par l’USAID vise à accroitre la productivité des cultures céréalières à travers la promotion et la diffusion de deux technologies d’utilisation des engrais à savoir : la Microdose ou « Tiommi » pour la culture de mil et sorgho, le placement profond de l’urée ou le « Bonboni » pour le riz irrigué. Il cible des régions comme Sikasso, Ségou, Mopti et Tombouctou.
La particularité de cette technologie « Bonboni » est qu’il donne de bons résultats dans les parcelles irriguées suffisamment et en permanence, mais aussi avec l’utilisation de semences sélectionnées comme le riz paddy. De plus, le placement profond ne se fait qu’une seule fois tout au long du cycle cultural, contre 2 à 3 interventions dans le cas de l’épandage de l’urée à la volée.

Femmes au champ
Au Mali, après deux années d’activité, le projet Feed the Future « lutter contre la faim et assurer la sécurité alimentaire dans le monde » du gouvernement Américain a obtenu plusieurs cas d’augmentation de rendement de plus de 35% en riz paddy suite à l’utilisation de la technologie du placement profond de l’urée, selon quelques témoignages recensés auprès des paysans à Sikasso et à Mopti démontrant l’intérêt du « Bonboni ». Pour deux parcelles tests à Niéna dans la région de Sikasso, Rokia Diallo, productrice du riz paddy nous confirme d’avoir pratiquée l’épandage à la volée et le placement profond de l’urée. Quant à la parcelle où elle a appliqué le «  Bonboni », le rendement a été de 237 Kg de riz paddy contre 190Kg pour celle en épandage. Hamadoun Maminata, Président Régional de la Plateforme Riz Mopti nous confirmera que « pour un hectare de riz paddy en utilisant le placement profond de l’urée, j’ai obtenu 124 sacs contre 80 sacs pour l’hectare en épandage de l’urée à la volée ».
Sur le plan économique,la pratique du repiquage en ligne est une condition sine qua none pour l’utilisation du « Bonboni ». Cela permet une réduction d’environ 60% de semence apportée à l’hectare par rapport à la pratique paysanne qui est le repiquage en vrac.
Sur le plan environnemental, le placement profond de l’urée (PPU) permet de réduire d’environ un tiers la quantité d’engrais azoté nécessaire à la production du riz, mais aussi la quantité de CO2 relâchée dans l’atmosphère. Il contribue également à réduire l’émission des gaz à effet de serre et réduit la pollution des nappes phréatiques. La pratique de la Microdose ou « Tiommi » et le placement profond de l’urée ou « Bonboni » sont des technologies à encourager surtout face à cette problématique de changement climatique et le défi de la sécurité alimentaire au Mali et ailleurs.

Fanta DIAKITE, Journaliste scientifique

Laisser un commentaire