A la une, Bien-être

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ? Plutôt faux (selon la science)

Le monde appartient-il à ceux qui se lèvent tôt ? La célèbre phrase, que l’on doit à Benjamin Franklin, ciblait plus précisément la santé, la richesse et la sagesse (early to bed and early to rise makes a man healthy, wealthy, and wise). Cette phrase repose-t-elle sur du solide ? Le Détecteur de rumeurs s’est demandé ce que la science pouvait en dire.

Si les témoignages sur les avantages de se lever dès le chant du coq abondent , les données, elles, sont minces. Une étude britannique réalisée en 1998 sur 1229 personnes, en se référant précisément à la maxime de Benjamin Franklin, n’est pas parvenue à démontrer qu’un style de vie particulier — être « du matin » ou « du soir » — influençait la santé, le statut socioéconomique ou les performances cognitives.

Un impact sur la santé des cardiaques ?

Martin Juneau, cardiologue à la tête de la Direction de la prévention de l’Institut de cardiologie de Montréal, estime plutôt que c’est le nombre d’heures de sommeil qui compte, et non l’heure du coucher ou du lever. Une récente prise de position de l’Association américaine des maladies du cœur, dont la mission est de sensibiliser aux maladies cardiovasculaires et d’en prévenir les risques, abonde dans le même sens. Ses experts recommandent donc un minimum de 7 heures par jour pour maintenir une bonne santé et réduire les risques de maladies cardiovasculaires.

Pour Angelo Tremblay, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en activité physique, nutrition et bilan énergétique de l’Université Laval, la courte durée du sommeil s’avère le prédicteur no 1 du risque de surpoids. C’est aussi ce que concluent de récentes études québécoises (ici et ) tirées des données de l’Étude des familles de Québec. En plus du surpoids et des troubles qui l’accompagnent, dormir trop ou trop peu est souvent associé à un plus haut risque de mortalité, comme le rapportait en 2009 une méta-analyse de 23 études sur la question.

Une plus grande exposition à la lumière, dont se prévalent les lève-tôt, serait également un gage de bonne santé, ajoute M. Tremblay. Ce qui lui fait suggérer que la maxime de Franklin peut incorporer différents facteurs dont l’influence de chacun sur la santé est difficile à caractériser.

Un impact sur la santé psychologique ?

Une étude canadienne portant sur 435 jeunes adultes (17 à 38 ans) et personnes âgées (59 à 79 ans) s’est penchée sur l’aspect psychologique. Chez les plus de 60 ans, la majorité déclarait être lève-tôt (57 %) contre 7 % des plus jeunes, un état qui, dans les deux cas, était associé à des émotions heureuses.

« Ce que dit cette étude, c’est que les lève-tôt naturels éprouvent plus d’émotions positives — l’un des indicateurs de bonheur. Elle permet simplement de tirer une conclusion en termes d’association », note la psychologue Emmanuelle Bastille-Denis, fondatrice du Centre de traitement de l’insomnie. Les auteurs notent d’ailleurs que la société est mieux adaptée aux « chronotypes » matinaux. « C’est possiblement pour cette raison qu’ils ressentent davantage d’affects positifs. Rares sont les employeurs qui permettent à leurs employés d’arriver à midi pour rester jusqu’à 22 heures. »

Plus sages, plus intelligents ?

Benjamin Franklin prétendait que les lève-tôt étaient aussi plus « sages ». Peut-on vraiment associer de meilleures performances cognitives à ceux qui sautent du lit au chant du coq ? Des chercheurs ont tenté d’établir un tel lien à l’école. Deux méta-analyses récentes assurent que de se lever tôt serait lié à une meilleure performance académique — la première , parue en 2015, passait en revue 31 études de l’école primaire à l’université et la seconde , en 2016, se penchait plus particulièrement sur les habiletés cognitives.

Dans la première méta-analyse, on peut lire que les lève-tard ont généralement des notes moins bonnes que les lève-tôt. Mais la différence sera plus réduite à l’université qu’au primaire. Or, il faut se rappeler que l’emploi du temps à l’université est plus flexible. « Les scientifiques avancent que les gens qui se lèvent habituellement tard manquent de sommeil parce que l’horaire scolaire les oblige à se lever tôt. C’est le manque de sommeil qui contribue énormément à la mauvaise performance académique si ces gens se sont couchés tard », note le chercheur du John Molson School of Business  de l’Université Concordia, Brad Aeon.

La deuxième méta-analyse suggère aussi que les gens qui se lèvent tard auraient de meilleures capacités cognitives — sans préciser si c’est peut-être en raison de la durée de leur sommeil —, mais paradoxalement, une moins bonne performance à l’école.

Et qu’en est-il dans le monde du travail ? En gros, chou blanc là aussi. « De nombreuses études montrent que se lever tôt ou tard ne fait pas une si grande différence » sur la performance, selon Brad Aeon.

Sa récente étude montre plutôt qu’une bonne performance dépend de nombreux facteurs, comme la capacité à être multitâches ou monotâche, l’ambiance au travail, la satisfaction personnelle, l’autonomie, un emploi du temps plus flexible… « Il me semble que se lever tôt ou tard n’est pas vraiment la chose la plus cruciale au succès, mais plutôt la manière dont nous gérons notre temps — ce que prônait d’ailleurs Benjamin Franklin dans son autobiographie », soutient le chercheur.

Verdict

Lève-tôt ou lève-tard, peu importe, vous pouvez jouir de la même façon d’une bonne santé et d’une intelligence aiguisée. L’important ne serait pas tant de sauter du lit aux aurores, mais de veiller sur la quantité et la qualité du sommeil. Pas toujours facile dans une vie moderne dominée par la course à la performance…

sciencepresse.qc.ca

Laisser un commentaire