A la une, Histoire

L’ADN le plus ancien d’Afrique jette la lumière sur les mystères d’une culture ancienne

Nous avons encore beaucoup à apprendre. Les scientifiques ont séquencé avec succès les gènes de personnes qui vivaient en Afrique il y a environ 15 000 ans – et ce qu’ils ont trouvé jette un nouvel éclairage sur la façon dont les communautés se sont déplacées et ont interagi depuis la fin de l’âge de pierre.

Comprendre l’histoire de l’Afrique du Nord est crucial pour déterminer comment les êtres humains se propagent à travers le continent et le reste du monde, mais jusqu’à présent, les experts ont eu très peu de matériel génétique à consulter.

Normalement, l’ADN des restes serait dégradé hors de portée, mais les chercheurs ont appliqué des méthodes de laboratoire avancées et de nouvelles techniques d’analyse pour récupérer des génomes anciens, au moins en partie, des restes de neuf personnes décédées au Maroc il y a environ 15 000 ans.

Les nouvelles données ADN sont en fait les plus anciennes preuves d’ADN humain jamais analysées en Afrique et suggèrent que les humains d’Afrique du Nord, d’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient ont interagi beaucoup plus tôt que nous le pensions.

« Une meilleure compréhension de l’histoire de l’Afrique du Nord est essentielle pour comprendre l’histoire de notre espèce », explique l’un des membres de l’équipe, Saaïd Amzazi de l’Université Mohammed V au Maroc.

Lire aussi – Cet homme de 113 ans révèle le secret de sa vie sans maladie : 5 aliments à manger tous les jours

L’Afrique du Nord-Ouest a la mer Méditerranée au nord et le désert du Sahara au sud – deux barrières assez efficaces contre les populations qui s’étendent sur des dizaines de milliers d’années.

Mais les similitudes de l’ADN entre les échantillons trouvés au Maroc et les données génétiques de l’Afrique subsaharienne et des Natoufiens du Levant de la Méditerranée orientale suggèrent que les gens n’étaient peut-être pas aussi enfermés que les scientifiques le pensaient.

Bien que semblables à ces autres communautés en partie, les marqueurs génétiques trouvés chez les habitants de Taforalt ne correspondaient parfaitement à aucun génome enregistré. Cela laisse les experts deviner d’où vient exactement cette population.

Il n’y avait pas non plus de lien génétique avec les anciens Européens de Sicile ou du sud de l’Espagne, ce sur quoi d’autres historiens s’étaient interrogés. Il semblerait que les gens de ces régions ne se mélangent pas en ce moment – du moins sur la base de ces échantillons.

Les chercheurs se sont concentrés sur un site d’inhumation à la Grotte des Pigeons, près du village marocain de Taforalt. C’est en fait le cimetière le plus ancien connu dans le monde, si riche pour les chercheurs intéressés par les caractéristiques génétiques des peuples anciens.

«La Grotte des Pigeons est un site crucial pour comprendre l’histoire humaine du nord-ouest africain, puisque les humains modernes ont fréquemment habité cette grotte intensivement pendant des périodes prolongées pendant l’âge de pierre moyen et tardif», relate une des chercheuses, Louise Humphrey du Natural History Museum au Royaume-Uni.

On pense que les communautés de l’âge de pierre qui vivaient ici ont été parmi les premières à utiliser de petits outils de pierre connus sous le nom de microlithes. C’était avant la révolution agricole en Afrique du Nord, qui s’est produite il y a environ 10 000 ans.

D’autres recherches pourraient aider les experts à en savoir plus sur les lignées des personnes qui ont vécu et qui sont mortes à Taforalt, mais nous voyons déjà comment l’analyse génétique moderne peut éclairer la façon dont les gens se sont déplacés à travers la planète il y a des milliers d’années.

Et ce n’est pas un incident isolé non plus – plus tôt cette année, des tests sur l’ADN ancien ont révélé une population d’Amérindiens dont les historiens n’avaient jamais rien su auparavant.

« Cela illustre la capacité de la génétique ancienne à ajouter à notre compréhension de l’histoire humaine », explique l’un des membres de l’équipe de recherche, Johannes Krause de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine en Allemagne.

De toute évidence, les populations humaines interagissaient beaucoup plus avec des groupes d’autres régions plus éloignées qu’on ne le pensait auparavant.

Science alerte

Traduit de l’anglais par @Mardochée BOLI

Laisser un commentaire