Agriculture

Ladji Faïnké, un entrepreneur agricole malien

Lauréat du Prix 2016 «Total startupper of year» avec son projet Koolfamer, Ladji Faïnké a, aussi, remporté, l’année dernière, le concours «Startup week-end de Bamako», avec Green-bucket, une plateforme de e-commerce dont il est co-fondateur. 

L’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO) estime que la balance de commerce alimentaire dans les pays en développement a enregistré un déficit de 11 milliards de dollar en 2015 et pourrait passer à 50 milliards de dollar d’ici 2030. Diplômé de l’Institut Polytechnique Rural de Katibougou (IPR-IFRA), Ladji Faïnké décèle, très vite, les potentialités de l’agrobusiness au Mali. La plupart des denrées alimentaires sont importées et les jeunes préfèrent l’orpaillage au métier de l’agriculture. Il lance son premier projet: Koolfarmer.

Koolfarmer?

C’est en 2014 à Sadiola dans la région de Kayes que le concept a vu le jour.

Nous avons constaté que les produits et légumes consommés dans notre pays viennent, pour la plupart, des pays voisins et du Maroc. Les prix sont volatiles au fil des saisons et comme si cela ne suffisait pas, les supermarchés de Bamako ont énormément de mal à s’approvisionner en fruits et légumes de qualité. C’est pour ces raisons que je me suis lancé dans l’entreprenariat agricole,

se confie le jeune agronome.

Koolfarmer propose aux consommateurs des fruits et légumes à des prix abordables. A Sadiola, la ferme couvre une superficie 1000 m2. Elle emploie trois personnes dont le promoteur. De la tomate, de l’oignon, de la pomme de terre ou encore du poivron y sont produits et vendus sur le marché local.

Chaque problème de la société est une opportunité d’entreprendre

Avec Green-bucket (le panier vert), Ladji Faïnké remporte le concours startup week-end de Bamako, une compétition organisée par Mali Agribusiness Incubation Hub TETELISO.

Green-bucket offre l’abonnement pour la livraison, à domicile, des fruits et légumes de tous les producteurs qui se conforment à un cahier de charge. Les produits seront commercialisés sous un label fourni par les institutions compétentes»,

explique-t-il.

Après Sadiola, Koolfarmer étend son concept à Bamako à Samanko sur une superficie 800 m2. Un projet rendu possible grâce à l’accompagnement de Mali Agribusiness Incubation Hub TETELISO, en partenariat avec ICRISAT (International Corps Research Institute for the Semi-Arid Tropics). En plus de ces deux projets, Ladji Kaïnké forme en entreprenariat agricole et en technique d’Agriculture intelligente face aux climats. C’est-à-dire à l’utilisation des techniques atténuant l’émission du CO2, telle que le paillage qui capte le CO2 et permet la conservation de l’humidité du sol pendant longtemps.

Pour résoudre le problème de chômage dans notre pays, Ladji Faïnké, 27 ans, invite la jeunesse à s’auto-employer.

Chaque problème de la société est une opportunité d’entreprendre!,

conclut-il.

Mamadou Mariko, Journaliste scientifique

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire