A la une, Agriculture

Impact de la canicule sur les poules pondeuses au Mali: Voici 06 conseils du Dr Traoré Amadou Ousmane, vétérinaire libéral.

En période de fortes chaleurs au Mali, tous les aviculteurs souffrent de la baisse de performance et de dégradation des conditions de santé des poules. Le stress thermique déclenche parfois des maladies diarrhéiques et respiratoires chez les pondeuses. En Avril, l’équipe du Dr Traoré Amadou Ousmane, est intervenue en urgence dans une ferme, l’aviculteur a perdu 10% de son effectif en deux semaines.

Au Mali, la production d’œufs de consommation a connu, en une décennie, une hausse importante. Avec le cheptel de poules pondeuses élevées au Mali, on estime la production nationale à 811,6 millions d’œufs par an pour une valeur marchande de plus de 43 milliards FCFA. Un business qui attire donc tous les jours de nouveaux acteurs. Mais, le revers de la médaille, explique Dr Traoré Amadou Ousmane, c’est que le secteur enregistre, en même temps, des faillites très souvent dues à une mauvaise conduite d’élevage. « Il n’est pas rare de rencontrer des pertes abyssales dues au non recours à un spécialiste vétérinaire», indique le chercheur.

Au cours de leur intervention dans une ferme en périphérie de Bamako, l’équipe du Dr Traoré s’est rendue chez un aviculteur qui possède 2000 pondeuses ISA White de 15 mois d’âge. La consultation a démontré que les poules étaient entrées en ponte à 5 mois avec un poids moyen de 1,7kg, poids vif dans les normes au Mali pour des pondeuses de souches blanches. Avant le début de la maladie, rapporte le vétérinaire, les poules faisaient 55 alvéoles par jour (taux de ponte de 82,5%) soit 1 650 alvéoles par mois. Mais avec l’installation de la canicule et de la maladie, la ponte a chuté jusqu’à 20 alvéoles par jour (taux de ponte de 30%).

Des œufs produits dans la ferme auditée

Plusieurs séries de traitements ont été instaurés

L’audit dans la ferme a permis au vétérinaire de porter sa suspicion sur la colibacillose, déclenchée sous le pic de chaleur du mois de mars à Bamako avec les températures qui dépassent 42°C à l’ombre entre 12 et 17h. Les colibacilloses et les salmonelloses qui frappent lors de stress, explique Dr Traoré, entrainent des affections de la grappe ovarienne chez la majeure partie des pondeuses d’une bande. Cela entraine donc l’arrêt de la ponte chez plusieurs centaines de poules. Les colibacilloses sont des maladies qui rechutent très souvent au bout de trente à quarante cinq jours dans le même poulailler.

Pour mettre fin à la maladie bactérienne, le vétérinaire a prescrit des antibiotiques bactéricides à base de Colistine, d’Enrofloxacine ou de Néomycine. A défaut, il a été prescrit  la Doxycycline à raison de 10 mg/kg de poids vif.

 

Changer l’eau de boisson dès qu’elle est chaude à 35°C pour une réhydratation rapide des poules.

Avec un investissement mensuel de 1,3 million Fcfa en aliment pour nourrir la bande, notre aviculteur était confronté à une hémorragie financière avec une recette évaluée à 495.000 Fcfa. A ce rythme, c’est la faillite est assurée. Vétérinaire au Centre International Formation, Diffusion, de Productions Pastorales (C.I.F.D.P. sarl), Dr Traoré Amadou Ousmane conseille et fait des recommandations à l’intention des aviculteurs.

Une vue des pondeuses

«La conduite d’élevage sous la canicule doit être très différente des autres moments», indique le chercheur. Dès que la température dépasse 32°C, il est conseillé d’éviter de donner à manger aux poules aux heures chaudes (généralement entre 11h et 18h). A ce précieux conseil, le spécialiste recommande les mesures suivantes : changer l’eau de boisson dès qu’elle est chaude à 35°C ; assurer une meilleure ventilation dans le bâtiment ; réduire la densité si la possibilité existe dans la ferme ; distribuer des antistress vitaminés dans l’eau de boisson ; surveiller des très près les premiers cas de signes de maladie (perte d’appétit, baisse de ponte, mortalités, diarrhées, difficulté respiratoire etc.). Avec les changements climatiques qui entrainent les canicules sur une longue période, l’utilisation de l’aspirine dans l’eau de boisson est un remède efficace, conclut Dr Traoré Amadou Ousmane.

Mamadou TOGOLA

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire