A la une, Actualite Scientifique, LES BREVES

Glutamate monosodique (GMS): un exhausteur de goût à consommer avec modération

Présent naturellement dans l’organisme humain, le glutamate monosodique ou glutamate de sodium est un acide aminé nécessaire au bon fonctionnement du système nerveux. Pourtant sa consommation additionnelle et régulière provoque de nombreux disfonctionnement dans l’organisme humain.

On estime à 1,5 millions de tonnes la production annuelle du glutamate de sodium dans le monde. Caché dans les aliments sous le nom de code E621, le Japon le considère comme la 7e saveur, après le sucré, le salé, l’amer, l’acide, l’astringent ou âpre, et le piquant. Pour Dr Cheickna Dao, Chef de département du Génie Biologique de l’Institut des sciences appliquées (ISA) de l’Université des sciences, techniques et technologie (USTTB) de Bamako, « le glutamate monosodique est une drogue alimentaire. »

Aux dires du Biologiste Dr cheickna Dao, C’est un sel de l’acide glutamique qui est lié au sodium et fait la liaison de plusieurs autres sels. Il a un goût spécifique qui n’est ni sucré, ni salé, ni amer. Sa consommation, très élevée, provoque, selon le spécialiste, des maladies cardiovasculaires, l’hypertension, l’obésité qui est un signe de diabète de type 2, le Parkinson et l’Alzheimer. « C’est pourquoi il faut le consommer avec modération. Car, plus vous en consommez, plus vous créez une accoutumance qui pourrait causer assez de tort au bon fonctionnement de l’organisme », explique le biologiste.

-Lire aussi- Tabagisme au Mali : Saviez-vous que près 20% des élèves et étudiants sont des fumeurs ?

Un atelier, tenu en 2010, à Bamako sur les dangers liés à la consommation des arômes et autres exhausteurs de goût (cube Maggie, Ajinomoto, etc.), avait fait ressortir les mêmes risques cités par Dr Cheickna Dao. Si les participants ont salué l’initiative de la rencontre, ils ont cependant vite déchanté. Le rapport qu’ils ont produit ne sera jamais rendu public. La pression exercée par les industries alimentaires est passée par là.

Le glutamate de sodium est aujourd’hui soupçonné d’être un dérégulateur hormonal de la faim. En effet, rapporte le neurochirurgien américain Russsel Blaylock, des expériences effectuées sur des animaux nourris au glutamate de sodium, ont montré, que ceux-ci, avaient une préférence pour les carbohydrates, les aliments riches en protéines et en sucres, conduisant ainsi à une obésité de laquelle un retour est très difficile.

Au Mali, le glutamate de sodium est utilisé comme ingrédient alors qu’il n’en est pas un. «Tous les aliments que nous consommons contiennent du glutamate. Normalement, une personne ne doit pas dépasser 5g de GMS par jour. Pourtant on trouve parfois 4 à 4,8 g de glutamate de sodium dans un seul cube maggi », explique le Dr Cheickna Dao.

-Lire aussi- La Chicha: Ce tueur silencieux qui contient 25 fois plus de goudron qu’une cigarette

Indexé généralement pour la toxicité réelle ou supposée de ses bouillons, l’usine Nestlé se défend. Une visite guidée de la presse ivoirienne, le 19 juin dernier, à l’usine de fabrication des bouillons de cube Maggi à Youpougon ( Abidjan), a permis aux journalistes de comprendre le mécanisme de fabrication des bouillons.

A la fin de la visite Alain Assou, l’un des patrons de Nestlé déclare que le glutamate de sodium dans leurs cubes Maggi est à une dose contrôlée. Cependant, assure-t-il, tout abus de consommation est nuisible pour la santé de l’Homme.

Rokaya Séréta | JSTM.ORG

NB: Interdiction de reprendre cet article sans l’autorisation écrite du JSTM

Laisser un commentaire