Santé

Fibrome utérin: Quel traitement contre cette maladie silencieuse qui touche deux femmes sur quatre au Mali?

Aussi appelé myome ou fibromyome, le fibrome, est fréquent chez les femmes de couleur noire. En Afrique, il touche 20 à 40% des femmes en âge de procréer. Dans notre pays, plus 50% des femmes, d’une certaine catégorie d’âge, sont atteintes.

Les fibromes utérins sont de petites tumeurs bénignes qui se développent au niveau de l’utérus. Ils se manifestent par des saignements importants pendant les règles ou en dehors des règles. Des douleurs au niveau de l’utérus, une sensation de pesanteur et une infertilité frappent le sujet atteint. «Les fibromes peuvent se localiser sur tous les types d’organes», explique Dr Moussa Traoré, gynécologue à l’Hôpital du Mali. «Cependant, on les rencontre le plus souvent au niveau  de l’utérus», précise-t-il.

Vue par radiographie d’un cas de fibrome

Djibril MAGASSOUBA, doctorant à la Faculté de médecine, indique dans sa thèse que le fibrome utérin peut apparaître dès l’âge de 18 ans. L’étudiant en médecine constate que la prédominance de la maladie se situe dans la tranche d’âge 35-44 ans. Soit 53%. L’étude qui a duré deux ans a porté sur 200 cas de myome utérin. Des fibromes de plus de 5 kg ont été extraits chez certains patients.

Quel traitement?

 Le traitement du fibrome peut être médicamenteux ou chirurgical. Il n’existe pas vraiment de traitement contre les fibromes. Mais la ménopause fait régresser le fibrome, car l’absence d’hormones féminines  va faire fondre le fibrome comme de la neige au soleil. Cependant, un médicament existe pour éviter que ne grossisse un fibrome, assure Dr Mariane Diarra,  échographiste à la Clinique Faraco à Badjalan.

Le traitement homéopathique de Folliculinum 30 CH par trois granules tous les soirs est contraignant mais concluant. «J’ai constaté par échographie,  des arrêts de progression d’un fibrome chez des patientes utilisant cette thérapeutique», affirme Dr Mariane Diarra. En plus, L’ostéopathie est inconstamment efficace mais peut être proposée chez des patientes rétives à tout traitement médical ou chirurgical. «J’ai observé dans ma carrière un cas de fibrome hémorragique dont on a reculé la date d’intervention puis annuler la chirurgie grâce à deux séances d’ostéopathie», témoigne l’échographiste. Aussi, conclut Dr Diarra, la progestérone a des résultats fluctuants. Elle soigne dans un cas sur deux et permet d’attendre la ménopause qui réglera définitivement cette pathologie bénigne.

Maminata Coulibaly

Laisser un commentaire